All posts by snddenGW

ABOUT This blog is an experiment from our initial Good Works blog on WordPress (snddenGW). Good Works is our printed international Mission Support magazine. It is published three times a year by the Sisters of Notre Dame de Namur’s Congregational Mission Office. A link to our downloadable, full edition .pdf file is available on our main website: sndden.org or our Good Works – International Magazine Archive. We are experimenting with this “2014 Theme″ template that is designed to automatically scale for desktop, tablet, and smart phone size screens. From your past feedback, we are learning that over 60 percent of you are sending prayer intentions from our mobile websites (if on a smart phone) and 40% from our main site from desktops and tablets. This blog edition will be “tweeted” and announced on Facebook when we are ready to “go pubic.” Please add your feedback in the comment section on any page. It will really be helpful and we move ahead with our social media efforts.

We Celebrate the 20th Anniversary of the Global Mission of the Sisters of Notre Dame de Namur at the United Nations!

French

By Sister Amarachi Grace Ezeonu, SNDdeN
~ On behalf of and in collaboration with Sisters Joan Burke and Jean Stoner, SNDdeN

Participants gather after the Event for Sustainable Development Goals 4, to achieve 2030 Agenda, sponsored by the SND@UN in 2019. Sr. Kristin Hokanson, SNDdeN (center: a panelist) poses with Sr. Amarachi Ezeonu and other panelists.

During the late 1990s, at International Union of Superiors General of Women meetings in Rome, the General Government Team (GGT), now called the Congregation Leadership Team, were impressed as they saw the influence and standing of Congregations with United Nations accreditation and began to
investigate how the Sisters of Notre Dame de Namur might obtain this status. Sister Ellen Gielty, General Moderator, started the long and detailed process of applying for accreditation. She had to demonstrate what the Congregation could offer to the UN and how it would promote the aims of this world body as outlined in the UN Charter. Her efforts bore fruit in 2001, and the GGT, after a search among the members, named Sister Joan F. Burke, SNDdeN (then serving in Nigeria) to serve as the first SNDdeN NGO Representative with an office in New York. Sr. Joan took up her assignment in 2002 and served as our UN NGO Representative until 2010 when she handed it over to Sister Jean Stoner, SNDdeN who served from 2010-2016. Sister Jean passed the baton in 2016 to Sister Amarachi Ezeonu, SNDdeN who is the current Representative.

After a presentation, Sr. Amarachi interacts with students of Mount Notre Dame High School, Cincinnati, Ohio.

The UN is a global body with membership of 193 nations and over 5,000 NGOs accredited to the Economic and Social Council of the organization. SNDatUN collaborate closely with other NGOs in our advocacy for the people and our planet through our presence and through our oral and written statements at UN meetings. Our endeavors at the UN complement the Congregation’s long-standing mission of providing quality education, healthcare, and other social services, especially for people living in poverty. In our fast-changing world with many emerging and complex social, environmental, and economic challenges, both our advocacy for systemic change and our efforts to provide social-psychological services for people are necessary for sustainable development.


Sr. Joan Burke with Sr. Rebeca Spires, SNDdeN from Brazil at the Permanent Forum of Independent Peoples in 2006.  

Nowhere else across the globe is there a coming together of representative of governments from every country. Each – old and young, rich and poor, large and small, east and west, north and south – has an equal vote. We, SNDdeN, are present where this happens so we can continue to participate in ongoing advocacy efforts and engage others in the important work of systemic change. We clearly benefit from being at the UN because there we are part of collaborative strategies to address policies on a global level instead of trying to do this work on our own.


Sr. Jean Stoner helps her niece, Katie Blawie as an Intern at the UN.

The UN benefits from our participation as a faith-based NGO since we bring our mission-oriented values, experience, and process skills to bear directly on the work of the member nations. As Kofi Annan stated to a group NGO representatives, “You are the conscience of the UN.” Our global mission as an accredited NGO at the UN provides the Sisters of Notre Dame de Namur an excellent opportunity to realize one of the mandates of our Constitutions:

“We work with others to transform unjust structures and systems as we participate in creating new ways of relating which enables all to experience more fully the goodness of God.” (Constitutions 23) It is also a fulfillment of St. Julie Billiart’s vision that “her sisters would go throughout the world, proclaiming God’s loving care for all peoples.”


Sr. Amarachi with two members of RUN (Religious at the UN); Sr. Margaret O’Dwyer, DC and Sr. Celine Paramundayil, MM in a UN conference hall.  

We continue to be proud that the Sisters of Notre Dame de Namur are at the United Nations. Our NGO participation in the international action that occurs at the United Nations is a uniquely valuable public witness to St. Julie Billiart’s wanting her daughters to have Hearts wide as the world. In appreciation for twenty years of collaborative efforts with others in our global advocacy at the UN, we echo the words of the second Secretary-General of the United Nations, Dag Hammarskjöld: “For all that has been, thanks.
                                                                                        For all that shall be, Yes!”

Nous célébrons le 20e anniversaire de la mission mondiale des Sœurs de Notre-Dame de Namur aux Nations unies !

anglais

Par Sœur Amarachi Grace Ezeonu, SNDdeN
Au nom de Sœurs Joan Burke et Jean Stoner, SNDdeN et en collaboration avec elles.

Participants gather after the Event for Sustainable Development Goals 4, to achieve 2030 Agenda, sponsored by the SND@UN in 2019. Sr. Kristin Hokanson, SNDdeN (center: a panelist) poses with Sr. Amarachi Ezeonu and other panelists.

Durant les années 1990,aux rencontres de l’Union internationale des supérieures générales à Rome, l’équipe du gouvernement général (GGT), maintenant appelée l’équipe de leadership de la congrégation, a été impressionnée en voyant l’influence et le statut des congrégations accréditées aux Nations unies et a commencé à enquêter sur la façon dont les Sœurs de Notre-Dame de Namur pourraient obtenir ce statut.

Sœur Ellen Gielty, modératrice générale, a commencé le processus, long et détaillé, de demander une accréditation. Elle a dû démontrer ce que la congrégation pouvait offrir à l’ONU et comment elle favoriserait les objectifs de cet organisme mondial tels qu’ils sont décrits dans la Charte des Nations unies. Ses efforts ont porté leurs fruits en 2001, et le GGT, après une recherche parmi les membres, nomma Soeur Joan F. Burke, SNDdeN (alors au Nigeria) pour servir de première représentante de l’ONG SNDdeN avec un bureau à New York. Sr Joan a pris ses fonctions en 2002 et a été notre représentante des ONG auprès des Nations unies jusqu’en 2010, date à laquelle elle a remis cette mission à Sœur Jean Stoner, SNDdeN qui servi de 2010 à 2016. Sœur Jean passé le relais en 2016 à Sœur Amarachi Ezeonu, SNDdeN qui est la représentante actuelle.

After a presentation, Sr. Amarachi interacts with students of Mount Notre Dame High School, Cincinnati, Ohio.

L’ONU est un organisme mondial avec l’adhésion de 193 nations et plus de 5 000 ONG accréditées auprès du conseil économique et social de l’organisation. SND à l’ONU collabore étroitement avec d’autres ONG dans notre plaidoyer pour les êtres humains et notre planète par notre présence et à travers nos déclarations orales et écrites aux réunions à l’ONU. Nos efforts à l’ONU complètent la mission de longue date de la congrégation de donner une éducation, des soins de santé et d’autres services sociaux de qualité, surtout pour les personnes vivant dans la pauvreté. Dans notre monde en évolution rapide avec de nombreux aspects, émergents et complexes, sociaux, environnementaux, économiques, tant notre plaidoyer pour le changement systémique que nos efforts pour fournir des services socio-psychologiques aux personnes sont nécessaires pour le développement durable.


Sr. Joan Burke with Sr. Rebeca Spires, SNDdeN from Brazil at the Permanent Forum of Independent Peoples in 2006.

Il n’y a nulle part ailleurs dans le monde un rassemblement de représentants des gouvernements de tous les pays. Chacun – vieux et jeune, riche et pauvre, grands et petits, de l’est et de l’ouest, du nord et du sud, a droit égal au vote.

Nous, SNDdeN, sommes présentes là où cela se produit afin que nous puissions continuer nos efforts de défense et engager les autres à participer à l’important travail de changement systémique.

Etre à l’ONU est clairement bénéfique pour nous parce que là nous entrons dans des stratégies collaboratives face au niveau politique mondial au lieu d’essayer de faire ce travail par nous-mêmes.


Sr. Jean Stoner helps her niece, Katie Blawie as an Intern at the UN.

L’ONU bénéficie de notre participation en tant qu’ONG confessionnelle puisque nous apportons nos valeurs axées sur la mission, notre expérience et nos compétences de processus qui portent directement sur le travail des nations membres. Comme l’a déclaré Kofi Annan à un groupe de représentants d’ONG : « Vous êtes la conscience de l’ONU. »

Notre mission mondiale en tant qu’ONG accréditée à l’ONU met à disposition des Sœurs de Notre-Dame de Namur une excellente occasion de réaliser l’un des mandats de nos constitutions :

« Nous travaillons avec ceux qui travaillent à la transformation des structures et des systèmes injustes ; nous participons à la création de nouveaux modes de relations qui permettent à tous d’expérimenter plus pleinement la bonté de Dieu. » (Constitutions 23). C’est aussi l’accomplissement de la vision de Sainte Julie Billiart que « ses sœurs iraient à travers le monde, proclamant le souci aimant de Dieu pour tous les peuples. »


Sr. Amarachi with two members of RUN (Religious at the UN); Sr. Margaret O’Dwyer, DC and Sr. Celine Paramundayil, MM in a UN conference hall.

Nous continuons d’être fières que les Sœurs de Notre-Dame de Namur soient aux Nations unies. Notre participation d’ONG à l’action internationale qui a lieu aux Nations unies est un témoignage public de valeur unique à sainte Julie Billiart qui voulait que ses filles aient des cœurs larges comme le monde. En remerciement pour vingt ans d’efforts de collaboration avec d’autres dans notre plaidoyer mondial à l’ONU, nous faisons écho aux paroles du deuxième secrétaire général des Nations Unies, Dag Hammarskjöld : « Pour tout ce qui a été, merci.
                                                                                        Pour tout ce qui sera, oui ! »

New Generation Meets St. Julie Billiart

French


By Professor Shusuke Kobayashi

In this fall semester, Notre Dame Seishin University (NDSU) in Okayama, Japan will offer a new course called Christian Study VII which explores the theme of “Living the Spirit of St. Julie Billiart in a Global Society.” This special course consists of lectures by five Sisters of Notre de Namur from the U.S. and will be conducted as online hybrid classes. The President of the University, Sr. Aoi Tsuda, SNDdeN and I, Professor Shusuke Kobayashi, are coordinating the course.

Purpose of Course
The purpose of the course is twofold. It is designed to give students an opportunity to become familiar with the spirit of St. Julie, and universal values beyond time and place, that is, the pleasures of living in the grace of God and serving people in need. The course will also help students consider problems in our global society and then reflect on how they could contribute individually to the solution of such problems.

Educational Philosophy for Students
How did we come to conceptualize this course? We want our students to broaden their perspectives and widen their hearts by fully understanding our educational philosophy and its background. Our school is one in a long line of educational missions of St. Julie. Her Charism, which was God’s gift and blessing, has been passed on and is living today in educational practices all over the world.


Notre Dame Seishin University in Okayama, Japan

Students will come to realize that our school is and has been a part of a world-wide network to which they themselves are linked. This course is only one example, we may say, in which the Congregation has been engaged through various kinds of social justice work, in accordance with Catholic Social Teachings. We intend and hope that this course will teach our students the value of thinking and acting globally and in working for others.

COVID Invades Plans for Face-to-Face
Since the onset of the COVID-19 pandemic, we have adopted online lessons. For this course, which involves participants on two continents, we decided to make the most of this style, connecting our school in Okayama with lecturers in the U.S. and our students at home, via the internet. Lectures have been
pre-recorded and can be viewed on an on-demand basis, and students can send questions to the lecturers. We intended to have real-time classes as well as face-to-face discussion sessions in actual classrooms where students can exchange with each other their ideas inspired by the lectures. Now, with the escalation of the pandemic everywhere, we are unable to have these classes. We are proceeding with every lecture and class online.

“Living the Spirit of St. Julie Billiart in a Global Society.”

Themes of SNDdeN Lecturers


Six Sisters of Notre Dame de Namur have collaborated so frequently with us at NDSU in preparing this course. Now, prior to the series of lectures, Sr. Aoi Tsuda offers us an introductory lecture. Then the lectures follow and explore three major themes sequentially. The initial theme is “The Spirit of St. Julie and the Missions of Sisters of Notre Dame de Namur.” Sr. Lorraine Connell (Massachusetts, SNDdeN General Treasurer) explains the Congregation’s Hallmarks and the Jubilee Fund. This will give the students general ideas about the Congregation’s missionary activities. Then, from theological and
historical viewpoints, Sr. Judith Merkle (New York) discusses the implication and manifestation of St. Julie’s Charism in the 21st century.

The second theme is “Global Society and Christianity.” Sr. Marie Ann Prefontaine (Massachusetts) introduces the topic of Catholic Social Teachings, focusing on its eleven foundational principles in the time of globalization. Then, Sr. Jean Stoner (California) brings in the topic of current global realties and examines seven “ethical coordinates” which can guide us when we try to move forward together as global citizens into the future.

The third theme, “The Global Mission of the Sisters of Notre Dame de Namur” is exemplified by Sr. Amarachi Grace Ezeonu (New York) in her ministry as the Congregation’s Non-Governmental Organization (NGO) Representative at the United Nations. She explains several global issues on which the Sisters of Notre Dame de Namur focus at the UN, such as migration, anti-trafficking and extractive industries.

International Collaboration
It is our great pleasure and honor to have as lecturers the Sisters serving in the United States who are specialists in their fields, in universities, as super educators and as experienced NGO Representatives at the UN. Our connections with them is a valued asset for which we are deeply proud as a Catholic University in Japan. We hope that this new endeavor will be followed by further international and intercultural collaboration at our University, and that it will also strengthen our ties with the Sisters of Notre Dame de Namur all over the world.

La nouvelle génération rencontre Ste Julie Billiart

anglais

Par le professeur Shusuke Kobayashi

En ce semestre d’automne, l’Université Notre Dame Seishin (NDSU) à Okayama, Japon, proposera un nouveau cours intitulé Christian Study VII (Etude chrétienne VII) qui explore le thème suivant : « Vivre l’esprit de Sainte Julie Billiart dans une société mondiale ». Ce cours spécial consiste en des conférences données par cinq Sœurs de Notre-Dame de Namur des États-Unis et se déroulera sous la forme d’un cours hybride en ligne. La présidente de l’Université, Sr. Aoi Tsuda, SNDdeN et moi, le professeur Shusuke Kobayashi, coordonnons ce cours.

Objectif du cours

L’objectif de ce cours est double. Il est conçu pour donner aux étudiantes une occasion de se familiariser avec l’esprit de sainte Julie et les valeurs universelles au-delà du temps et du lieu, c’est-à-dire les plaisirs de vivre dans la grâce de Dieu et de servir les personnes dans le besoin. Le cours aidera également les étudiantes à considérer les problèmes de notre société mondiale et à réfléchir à la manière dont elles pourraient contribuer individuellement à la solution de tels problèmes.

Philosophie éducative pour les étudiantes

Comment en sommes-nous arrivés à conceptualiser ce cours ? Nous voulons que nos étudiantes étendent leurs perspectives et élargissent leur cœur en comprenant pleinement notre philosophie éducative et son contexte. Notre école s’inscrit dans une longue lignée de missions éducatives de Sainte Julie. Son charisme, qui était un don et une bénédiction de Dieu, a été transmis et vit aujourd’hui dans les pratiques éducatives dans le monde entier.

Les étudiantes se rendront compte que notre école fait et a fait partie d’un réseau mondial auquel elles sont elles-mêmes reliées. Ce cours n’est qu’un exemple, pourrions-nous dire, de l’engagement de la congrégation par le biais de divers types d’activités de justice sociale, conformément à la doctrine sociale catholique. Nous avons l’intention et l’espoir que ce cours enseignera à nos étudiantes la valeur de la réflexion et de l’action au niveau mondial et en travaillant pour les autres.


Université Notre Dame Seishin à Okayama, Japon

COVID envahit les plans pour le face-à-face

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, nous avons adopté des cours en ligne. Pour ce cours, qui implique des participants sur deux continents, nous avons décidé de tirer le meilleur parti de ce style, en connectant notre école à Okayama avec des conférencières aux États-Unis et avec nos étudiantes chez elles, via l’internet. Les conférences ont été préenregistrées et peuvent être visionnées à la demande, et les étudiantes peuvent envoyer des questions aux conférencières. Nous avions l’intention d’avoir des cours en temps réel ainsi que des sessions de discussion en face-à-face dans des salles de classe réelles où les étudiantes peuvent échanger entre elles leurs idées inspirées par les conférences. Maintenant, avec l’escalade de la pandémie partout, nous sommes incapables d’organiser ces cours. Nous procédons avec chaque conférence et chaque cours en ligne.

« Vivre l’esprit de Ste Julie Billiart dans une société globale ».

Thèmes des conférencières SNDdeN

Six Sœurs de Notre Dame de Namur ont collaboré si souvent avec nous à NDSU pour préparer ce cours. Maintenant, avant la série de conférences, Sr. Aoi Tsuda nous offre une conférence d’introduction. Puis les conférences suivent et explorent trois thèmes majeurs de manière séquentielle.

Le thème initial est « L’esprit de Sainte Julie et les missions des Sœurs de Notre-Dame de Namur ». Sr. Lorraine Connell (Massachusetts, économe générale des SNDdeN) explique les caractéristiques et le Fonds du Jubilé de la congrégation. Cela donnera aux étudiantes des idées générales sur les activités missionnaires de la congrégation. Ensuite, d’un point de vue théologique et historique, Sr. Judith Merkle (New York) aborde l’implication et la manifestation du charisme de Ste Julie au 21ème siècle.

Le deuxième thème est « Société mondiale et christianisme ». Sr. Marie Ann Prefontaine (Massachusetts) introduit le sujet de la doctrine sociale catholique, en se concentrant sur ses onze principes fondamentaux à l’heure de la mondialisation. Ensuite, Sr. Jean Stoner (Californie) introduit le sujet des réalités mondiales actuelles et examine sept « coordonnées éthiques » qui peuvent nous guider lorsque nous essayons d’avancer ensemble en tant que citoyens du monde dans le futur.

Le troisième thème, « La mission mondiale des Sœurs de Notre-Dame de Namur », est illustré par Sr. Amarachi Grace Ezeonu (New York) dans son ministère en tant que représentante de l’organisation non gouvernementale (ONG) de la congrégation auprès des Nations unies. Elle explique plusieurs problèmes mondiaux sur lesquels les Sœurs de Notre Dame de Namur se concentrent à l’ONU, comme la migration, la lutte contre la traite des êtres humains et les industries extractives.

Collaboration internationale

C’est un grand plaisir et un honneur pour nous d’avoir comme conférencières les Sœurs en poste aux États-Unis qui sont des spécialistes dans leurs domaines, dans les universités, en tant que super éducatrices et en tant que représentantes expérimentées de l’ONG à l’ONU. Les liens que nous entretenons avec elles sont un atout précieux dont nous sommes profondément fiers en tant qu’université catholique au Japon.

Nous espérons que cette nouvelle initiative sera suivie d’autres collaborations internationales et interculturelles au sein de notre université, et qu’elle renforcera également nos liens avec les Sœurs de Notre-Dame de Namur dans le monde entier.

For the Love of Creation: Interconnectedness

French

Sr. Mary Isabel teaching that gorillas are 99% and the primrose is 1% in connectedness to us.

By Sr. Mary Isabel Kilpatrick, SNDdeN

When my ministry in Peru came to an end, I had the opportunity to participate in the Dominican Ecology Centre Sabbatical Programme in Wicklow, Ireland. The theme for the Programme was the “New Universe Story” and its implications for theology and spirituality in the light of the Pope Francis’ Encyclical: Laudato Sí, Care for our Common Home.

Being involved mainly in pastoral ministry, I had not paid much attention to such momentous issues as our 13.8-billion-year history of the Universe, our amazing evolutionary story and what this means in relation to our faith and spirituality. Coming from our beautiful country of Scotland, I do love the beauty and wonder of nature and all creation.

Laudato Si: Everything is Interconnected

For me, exploring the themes in Laudato Sí led me to a new understanding of our world, the universe, our connectedness with all creatures. I pondered on the pervasiveness of God’s goodness in all creatures and the wonder and mystery of this sacred presence since the beginning. Pope Francis says: “These ancient stories, full of symbolism, bear witness to a conviction which we today share, that everything is interconnected…” (Cf Laudato Sí, #70)

The urgency of the future of our planet, also conveyed in Laudato Sí, compelled me to share some of this new story as best I could in Scotland. A technologically-skilled friend, Liz Snodgrass, whom I had known through the Justice and Peace Network, shared my enthusiasm for these issues. Together, we developed presentations for parish and community groups, people interested and concerned for our world and the future of our globe.

Sister Mary Isabel Kilpatrick delights in being able to study Spirituality in the context of a new cosmology and to teach on Zoom the value in Laudato Sí, Care for our Common Home.

Challenges and Action

The challenge for Liz and for me was finding ways to reflect on the issues that would inspire and motivate, rather than leave people in the depths of despair at the global destruction and havoc, caused by us humans. For our presentations, we decided on three main themes:
* Who do we think we are?
* Where do we think we come from?
* Where do we think we are going?
Our problem in planning was not finding resources but adapting them to sessions suitable for a retreat day or evening of reflection time.

COVID-19 Interrupts Life


We managed to lead a number of sessions in parishes before the dreaded COVID-19 sidelined our efforts and closed down the possibility of physical meetings. We are most at home with face-to-face sessions for creativity, participation and special sharing that happens in a group where trust has been established. We had to adapt the material to offer on Zoom sessions. This online experience, though not ideal, resulted in access to different people and a wider more disparate audience through links with different networks. We were able to participate in Season of Creation Event organized by Scottish Catholic International Aid Fund (SCIAF), and then gather followers for two further virtual sessions. Developing new topics, we plan to offer a monthly session.

In Glasgow, Sr. Mary Isabel (right) marches with a group from the Scottish International Aid Fund, lobbying for Climate Change before Members of Parliament.

Hope For Ministry

Since starting our project, we have become aware of many groups campaigning for Climate Justice, particularly in Scotland at this time preparing for the UN COP26 meeting to be held in Glasgow in November 2021. Our contribution is tiny but aims to enable deeper
reflection and love for creation, so to act out of a more positive
motivation for change and not just fear of impending doom!

We found inspiration through a process known as “The Work That Reconnects.” Joanna Macy and Chris Johnstone, in a book entitled, Active Hope: How to face the mess we’re in without going crazy,” write: “Our focus is on how we strengthen and support our intention to act, so that we can best play our part, whatever that may be in the healing of the world.”

Our goal for this educational ministry, even during this global pandemic brings us and others hope in our connectedness for healing the world.

COP26 What is it?

The ‘twenty sixth conference of the parties to the United Nations Framework Convention on Climate Change’ (or COP26 for short) will take place at the Scottish Event Campus in Glasgow from November 1 –12, 2021 bringing governments from around the world together to discuss action on climate change. Since the first COP in Berlin in 1995 there has been slow and painstaking progress towards international agreement. Getting every country in the world to sign up to life changing commitments is not easy.
New World Library Novato California ISBN978-1-57731-972-6

Pour l’amour de la création: l’interdépendance

anglais

Sr. Mary Isabel teaching that gorillas are 99% and the primrose is 1% in connectedness to us.

Par Sr Mary Isabel Kilpatrick, SNDdeN

Quand mon ministère au Pérou a pris fin, j’ai eu l’opportunité de participer au programme sabbatique du Centre dominicain d’écologie à Wicklow, en Irlande. Le thème du programme était «la nouvelle histoire de l’univers» et ses implications pour la théologie et la spiritualité à la lumière de l’encyclique du Pape François: Laudato Sí, soin de notre maison commune.

Étant principalement impliquée dans le ministère pastoral, je n’avais pas accordé beaucoup d’attention à des questions aussi importantes que notre histoire de l’univers, vieille de 13,8 milliards d’années, notre incroyable histoire évolutive et ce que cela signifie en relation avec notre foi et notre spiritualité. Venant de notre beau pays d’Écosse, j’aime vraiment la beauté et les merveilles de la nature et de toute la création.

Laudato Si: tout est interconnecté

Pour moi, explorer les thèmes de Laudato Sí m’a conduite à une nouvelle compréhension de notre monde, de l’univers, de notre connexion avec toutes les créatures. J’ai médité sur l’omniprésence de la bonté de Dieu dans toutes les créatures et sur la merveille et le mystère de cette présence sacrée depuis le début. Le pape François dit: «Ces histoires anciennes, pleines de symbolisme, témoignent d’une conviction que nous partageons aujourd’hui, que tout est interconnecté… » (Cf. Laudato Sí, n° 70)

L’urgence de l’avenir de notre planète, également véhiculée dans Laudato Sí, m’a poussée à partager une partie de cette nouvelle histoire du mieux que je pouvais en Écosse. Une amie compétente dans le domaine technologique, Liz Snodgrass, que j’avais connue grâce au Réseau Justice et Paix, a partagé mon enthousiasme pour ces questions. Ensemble, nous avons développé des présentations pour des groupes paroissiaux et communautaires, des personnes intéressées et préoccupées par notre monde et l’avenir de notre globe.

Sister Mary Isabel Kilpatrick delights in being able to study Spirituality in the context of a new cosmology and to teach on Zoom the value in Laudato Sí, Care for our Common Home.

Défis et action

Le défi pour Liz et pour moi était de trouver des moyens de réfléchir aux problèmes qui inspireraient et motiveraient, plutôt que de laisser les gens dans les profondeurs du désespoir face à la destruction et aux ravages mondiaux causés par nous, les humains. Pour nos présentations, nous avons choisi trois thèmes principaux :

Qui pensons-nous être ?

-D’où pensons-nous que nous venons ?

-Où pensons-nous que nous allons ?

Notre problème de planification n’était pas de trouver des ressources mais de les adapter à des sessions convenant à une journée de retraite ou une soirée de réflexion.

COVID-19 interrompt la vie

Nous avons réussi à diriger un certain nombre de sessions dans les paroisses avant que le redoutable COVID-19 n’écarte nos efforts et ne supprime la possibilité de réunions physiques. Nous sommes plus à l’aise avec des séances en face à face pour la créativité, la participation et le partage spécial qui se passent dans un groupe où la confiance a été établie. Nous avons dû adapter le matériel à proposer pour des sessions Zoom. Cette expérience en ligne, bien que pas idéale, a abouti à l’accès à des personnes différentes et à un public plus large et plus disparate grâce à des liens avec différents réseaux. Nous avons pu participer à l’événement Season of Creation [saison de création] organisé par le Scottish Catholic International Aid Fund (SCIAF), Fonds écossais d’aide internationale catholique] puis rassembler des adeptes pour deux autres sessions virtuelles. En développant de nouveaux sujets, nous prévoyons de proposer une session mensuelle.

In Glasgow, Sr. Mary Isabel (right) marches with a group from the Scottish International Aid Fund, lobbying for Climate Change before Members of Parliament.

Espoir pour le ministère

Depuis le début de notre projet, nous sommes devenues conscientes que de nombreux groupes qui militent pour la justice climatique, en particulier en Écosse en ce moment, se préparent à la réunion COP26 de l’ONU qui se tiendra à Glasgow en novembre 2021. Notre contribution est minime mais vise à permettre une réflexion et un amour plus profonds pour la création, donc pour agir avec une motivation plus positive pour le changement et pas seulement à cause de la peur d’une catastrophe imminente!

Nous avons trouvé l’inspiration grâce à un processus connu sous le nom de «Le travail qui reconnecte». Joanna Macy et Chris Johnstone, dans un livre intitulé : « Espoir actif: comment faire face au désordre dans lequel nous sommes sans devenir fou », écrivent : «Nous nous concentrons sur la façon dont nous renforçons et soutenons notre intention d’agir, afin que nous puissions jouer au mieux notre rôle, quel qu’il puisse être dans la guérison du monde.»

Notre objectif pour ce ministère éducatif, même pendant cette pandémie mondiale, nous apporte, à nous et à d’autres, l’espoir dans notre connexion pour guérir le monde.

COP26 Qu’est-ce que c’est?

La «vingt-sixième conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques» (ou COP26 en abrégé) aura lieu au Scottish Event Campus à Glasgow du 1er au 12 novembre 2021, réunissant les gouvernements de par le monde pour discuter de l’action contre le changement climatique. Depuis la première COP à Berlin en 1995, il y a eu des progrès lents et laborieux vers un accord international. Faire en sorte que tous les pays du monde souscrivent à des engagements qui changent la vie n’est pas facile.

Sisters Assist Nicaraguan People after Hurricanes

French


Sisters Rebecca Trujillo and Sandy Price, SNDdeN.

By Sisters Sandra Price, SNDdeN

We, Sisters of Notre Dame de Namur (SNDdeN) in Nicaragua work to help alleviate some of the most critical needs, at all times and in many dangerous situations. We are now in the fourth month since two powerful hurricanes devastated north east and west territories of Nicaragua. Many people are unable to rebuild their homes blown away by the hurricanes. The government and many groups and families, parishes and international aid groups were quick to respond to the thousands of displaced families. But as in every disaster, there is never enough assistance. The farthest, and most isolated families still wait for help. The rain continued for days after the second and most damaging hurricane, not heavy rain, but a very wet rain. With roofs blown off and zinc roofing rolled up by the wind like giant cigars, everything inside the poorly-built houses was soaked. Schools lost all their books and materials. Clothes
soaked in water and mud did not dry out for weeks.

Hunger Follows Crop Devastation

Families help to load, transport and distribute to those in need the bean seed on donkeys or in trucks.

And then there was the worst…hunger. The crops and seed stored for replanting were ruined. Supplies from the last crops harvested were destroyed. In the weeks following, even wild animals forgot their fear of people and came desperately looking for food. Not even the birds could find food. We will never know how many animals died in what were once beautiful forests. One campesino related coming upon a monkey whose hand was pressed by a huge tree that fell on him. The man was unable to move the giant trunk and there were only two options, leave the monkey to die of hunger or cut off his hand. He decided the most humane choice was to release the monkey by severing its hand. When the monkey was free, he ran off into open field that had once been his forest home.


Sister Sandra aids a helper in measuring portions of beans for distribution to hungry families.

We, Sisters of Notre Dame de Namur in Nicaragua work to help alleviate some of the most critical needs, with very generous funds sent to the Congregation by our donors. We were able to supply some 80 families with 100 pounds of bean seed, the main stable in the Nicaraguan diet, during the planting months for beans in December and January 2020. We purchased a chainsaw so that the families were able to cut trees for the lumber to rebuild their houses. Now we are trying to locate families and communities beyond reach and families unable to receive aid and without food.

Generous Gifts Provide Relief


Some families are still living in igloo-like leaf caves.

Many generous people and groups in Nicaragua have given what they were able to contribute. The first emergency supplies which arrived in the week after the second hurricane are now depleted. From Matagalpa, Sr. Rebecca Trujillo, SNDdeN sent funds received from some donors. The SNDdeN Congregational Mission Support Office provided more funding to assist our people in this dire crisis. Recently, we spent some time in identifying families who are without food, drawing up a budget, dividing and counting portions of beans, rice, corn cooking oil, sugar as well as soap for washing. Everybody has need also for washing supplies, especially for the children. We identified 32 families that we will be able to assist; we are buying 2,700 pounds of each: beans, rice and corn, 1,500 pounds of sugar, 27 gallons of cooking oil and 324 soap. We realize that this is only a little bit that we are able to contribute to our people.

The happiest side of this time, our people celebrate being alive! No lives have been lost, and neighbors are helping neighbors to restore homes that were less damaged. The government has provided zinc roofing for many families; the sun is coming out more often and clothes are drying out. The generosity of so many people gives us hope. As SNDdeN, we are grateful for donor support sent from our Congregation. We give thanks to our God who is so very good.

Des sœurs aident le peuple nicaraguayen après les ouragans

anglais

Soeurs Rebecca Trujillo et Sandy Price, SNDdeN

Par Soeur Sandra Price, SNDdeN

Nous, Sœurs de Notre-Dame de Namur (SNDdeN) au Nicaragua, travaillons pour aider à répondre à certains des besoins les plus critiques, à tout moment et dans de nombreuses situations dangereuses. Il y a maintenant quatre mois depuis que deux puissants ouragans ont dévasté les territoires du nord-est et de l’ouest du Nicaragua. De nombreuses personnes sont incapables de reconstruire leurs maisons emportées par les ouragans. Le gouvernement et de nombreux groupes et familles, paroisses et groupes d’aide internationaux ont été rapides à secourir les milliers de familles déplacées. Mais comme dans toute catastrophe, l’assistance n’est jamais suffisante. Les familles les plus éloignées et les plus isolées  attendent toujours de l’aide . La pluie a continué à tomber pendant des jours après le deuxième et le plus dommageable ouragan, pas de fortes pluies, mais une pluie très humide. Avec les toits arrachés et les toitures en zinc enroulées par le vent comme des cigares géants, tout ce qui se trouvait à l’intérieur des maisons mal construites était trempé. Les écoles ont perdu tous leurs livres et matériels. Les vêtements trempés dans l’eau et la boue n’ont pas séché pendant des semaines.


Des familles aident à charger, transporter et distribuer aux personnes nécessiteuses les semences de haricots sur des ânes ou dans des camions.

La faim suit la dévastation des cultures

Et puis il y eut le pire …la faim. Les récoltes et les semences stockées pour la replantation étaient ruinées. Les fournitures des dernières récoltes étaient détruites. Dans les semaines qui ont suivi, même les animaux sauvages ont oublié leur peur des gens et sont venus désespérément chercher de la nourriture. Même les oiseaux ne pouvaient pas trouver de la nourriture. Nous ne saurons jamais combien d’animaux sont morts dans ce qui était autrefois de belles forêts. Un campesino a raconté être tombé sur un singe dont la main était pressée par un arbre énorme qui lui tombait dessus. L’homme était incapable de déplacer le tronc géant et il n’y avait que deux options, laisser le singe mourir de faim ou lui couper la main. Il a décidé que le choix le plus humain était de libérer le singe en lui coupant la main. Quand le singe fut libre, il s’est enfui dans un champ ouvert qui avait été autrefois sa maison forestière.


Certaines familles vivent encore dans des huttes de feuilles semblables à des igloos.

Nous, Sœurs de Notre-Dame de Namur au Nicaragua, travaillons pour aider à soulager certains des besoins les plus critiques, avec des fonds très généreux envoyés à la congrégation par nos donateurs. Nous avons pu fournir à quelque 80 familles 100 livres de graines de haricots, la principale composante du régime alimentaire nicaraguayen, pendant les mois de plantation de haricots en décembre 2019 et janvier 2020. Nous avons acheté une tronçonneuse pour que les familles puissent couper des arbres pour le bois de construction afin de reconstruire leurs maisons. Nous essayons maintenant de localiser les familles et les communautés hors de portée et les familles incapables de recevoir de l’aide et sans nourriture.

Des dons généreux apportent un soulagement

De nombreuses personnes et groupes généreux au Nicaragua ont contribué selon leurs possibilités. Les premiers approvisionnements d’urgence qui sont arrivés dans la semaine qui a suivi le deuxième ouragan sont maintenant épuisés. De Matagalpa, Sr. Rebecca Trujillo, SNDdeN, a envoyé des fonds reçus de certains donateurs. Le Bureau d’appui à la mission de la Congrégation des SNDdeN a fourni plus de financement pour aider notre peuple dans cette grave crise. Récemment, nous avons passé du temps à identifier les familles sans nourriture, établir un budget, diviser et compter des portions de haricots, riz, huile de maïs, sucre ainsi que du savon pour la lessive.. Tout le monde a également besoin de produits de lavage, en particulier pour les enfants. Nous avons identifié 32 familles que nous pourrons aider; nous achetons 1225 kg de chacun: haricots, riz et maïs, 680 kg de sucre, 102 l. d’huile de cuisson et 324 savons. Nous nous rendons compte que ce n’est que peu de chose que nous pouvons apporter à notre peuple.


Sister Sandra aide un bénévole à mesurer des portions de haricots pour la distribution à des familles affamées.

Le côté positif de cette période : notre peuple célèbre la vie! Aucune vie n’a été perdue et les voisins s’entraident à restaurer les maisons qui ont été moins endommagées. Le gouvernement a fourni des toitures en zinc à de nombreuses familles; le soleil sort plus souvent et les vêtements sèchent. La générosité de tant de personnes nous donne de l’espoir. En tant que SNDdeN, nous sommes reconnaissantes pour le soutien des donateurs envoyés par notre congrégation. Nous rendons grâce à notre Dieu qui est si bon.

SNDdeN Serve in UK Diocesan Tribunals: Interviews

French

I N  F O R E F R O N T  W I T H  T H E  C H U R C H

In 1983, the New Code of Canon Law was a milestone for involvement of lay people in the Diocesan Tribunals of the Church. This work concerning mostly marriage annulments, was formerly restricted to priests. The new Code decreed that one of these Defenders of the Bond and Judges could be a qualified lay person. Normally, three persons judge a Petition for a Declaration of nullifying marriages. Sisters facilitated this lay canonical involvement in Diocesan Tribunals. Many Religious Congregations, then revising Constitutions, had Sisters studying Canon Law. The Sisters of Notre Dame de Namur (SNDdeN) joined the forefront of this apostolate. Then in 2015, Pope Francis issued a document, Mitis Iudex, decreeing that in the panel of three Judges, two could be qualified lay people. This was a major step forward.

Sr. Ishbel MacPherson, SNDdeN

Story of Sister Ishbel MacPherson, SNDdeN

My arrival on the Canon Law scene began in 1977 with a placement at Westminster Metropolitan Tribunal while working on my diploma in pastoral theology, including a course on Canon Law. Previously, I taught for 18 years and spent three years full-time as member of the Movement for a Better World. With my administrative work, I learned how to be an advocate in a marriage case. Then I continued as a full-time advocate for two years until I received a doctorate at St. Paul’s Pontifical University, Ottawa, Canada in January 1984, under the direction of the late Father Frank Morrisey, O.M.I. My original intention to stay for a year changed when I soon realised that having better qualifications would help other women to serve the Church in the Marriage Tribunals. In February 1984, Sister Enid Williamson, a Servite Sister and I were appointed in Westminster as Britain’s first lay Judges. This was the beginning of a new SNDdeN apostolate. Having joined in 1978 the Canon Law Society of Great Britain and Ireland, I attended the annual conferences. For those years, Sister Enid and I were the only two women present. The Canon Law Society, just as the Westminster Tribunal and other tribunals, welcomed, respected and appreciated our participation.

Now, for over 40 years, I have been involved with marriage cases in England, Scotland, Wales and Northern Ireland, even in retirement. Over the years, I have been a Judge, a Defender of the Bond and an auditor (interviewer). I have served in the establishment of tribunals, training of auditors and have given talks on canonical matters. My work has been mostly with marriages. I have facilitated also General Chapters and meetings of men and women religious and I am available for consultation on canonical issues.

Ministry is centred on the love and healing of Jesus Christ

Sr. Rachel Harrington, SNDdeN

Story of Sister Rachel Harrington, SNDdeN

Before becoming interested in Canon Law, I taught Latin and Classical Civilisation in three Notre Dame high schools in England, ending as a Senior Teacher in 1989 in St. Julie’s High School, Woolton, Liverpool. As an only child, I cared at home for my mother, coping with dementia. Unable to manage doing this alone, our British Provincial Team made a place for my mother in our SNDdeN health care facility. So grateful to them, I visited as often as possible, while following a two-year Theology course with the Dominicans in Oxford where I followed a module on Canon Law. Aware that Sr. Ishbel was working in that field, I asked to follow in her footsteps and I received permission. After gaining the qualifications necessary also in St. Paul’s, Ottawa, Canada, I began my ministry in Westminster where Sr. Ishbel had paved the way. I have worked as a Judge and Defender since 1997, except for six years serving on our SNDdeN Congregational Leadership Team. As a religious and a canonist, I have often helped other Religious Congregations with Canon Law issues.

Like Sr. Ishbel, I have worked for several of the Diocesan Tribunals in England and in Northern Ireland. I continue to do so from home, during these COVID-19 pandemic lockdowns. I give talks and serve on the Vicar for Religious Team in the Archdiocese of Westminster. Active in the Canon Law Society of Great Britain and Ireland, I am the first woman to be the Secretary. Sr. Ishbel became the first woman life member some years ago: Attending my first Annual Conference, I realized that there were fewer than ten women canonists among 100 priests. Now, twenty-five years later, there are now as many lay men and women as priests.

Shared Reflections on Ministry

The apostolate of the canonist is always one of compassion, attempting to bring justice and peace to someone who is suffering. For canonists, this ministry is centred on the love and healing of Jesus Christ – a real a privilege. Helping people whose marriages have broken down is a delicate and extremely confidential ministry. The Judge determines if true consent was given to the union or not because of psychological deficiencies or faulty intentions. Many tears are shed when an applicant speaks of the situation! Amazingly, the experience has often been a consoling and healing one for many. Lay people and priests on a panel of Judges brings a balance and deeper insights into decisions made. Many lay people contribute to the apostolate of the Diocesan Tribunals by taking evidence for the cases. Most do this at their own expense, some using distance learning Centres.

Ministry for Immigrants Now


In Rome, Pope Francis greets Sr. Rachel and expresses gratitude for the Mission of the Sisters of Notre Dame de Namur internationally, including the ministry of Sister Canonists.

In 2015, Pope Francis made it possible for two qualified lay people to be among the three Judges on a marriage nullity case. He also allowed a Petitioner to introduce a case in the Diocese where he/she was living. Previously, a Petitioner had to apply to the Diocese where the marriage had taken place or where the Respondent was resident. Large numbers of immigrants in the UK, instead of applying to their home dioceses, go to the Diocese where they live now. In London, cases are increasing involving people from USA, Canada, Australia, New Zealand, the Philippines, Japan, and many countries in Africa and South America. Many cases involve always people from Poland, Italy, Spain and Portugal in a ministry “wide as the world.”

Another apostolic aspect of tribunal work for personnel is dealing with non-Catholics. When a previously married and divorced member of another faith or none wants to marry a Catholic, their former marriage has to be examined to determine whether they are free to marry in the Catholic Church. This is a sensitive area of the tribunal service and extremely rare that applicants have any complaints about the way in which their application was handled. Some are so impressed by the seriousness with which the Catholic Church treats marriage that they are moved to seek instruction.

Sisters Valued for Extraordinary Ministry

The Catholic Church in the United Kingdom and beyond values Sisters Ishbel and Rachel. As women, they have insights which even the most intuitive clergy can never have – a gift recognised even by their clerical male colleagues. These Sisters recognize and comprehend the emotional trauma which inhibits some female Petitioners from expressing themselves clearly. The renowned efficiency of these two Sisters is a cause for amazement and some amusement in their expertise in managing so many cases all at once. They reach out promptly, with immediacy to people so that there is no delay in resolving marriage cases. Although stories of participants in marriage breakdown are often heart-rending, Sisters Ishbel and Rachel know that their ministry enables a future marriage in the Church and a possible happy ending in a return to the Sacraments.

The Diocesan Tribunals value their extraordinary contribution

Des SNDdeN servent dans des tribunaux diocésains du Royaume-Uni: entretiens

anglais

AU PREMIER RANG AVEC L’ÉGLISE

En 1983, le nouveau code de droit canonique a marqué une étape importante pour l’implication des laïcs dans les tribunaux diocésains de l’Église. Ce travail concernant principalement les annulations de mariage, était autrefois réservé aux prêtres. Le nouveau code a décrété que l’un de ces défenseurs du lien et juges pouvait être un laïc qualifié. Normalement, trois personnes jugent une demande de déclaration d’annulation du mariage. Les sœurs ont facilité cette implication canonique laïque dans les tribunaux diocésains. De nombreuses congrégations religieuses, qui révisaient alors les constitutions, avaient des sœurs qui étudiaient le Droit Canon. Les Sœurs de Notre-Dame de Namur (SNDdeN) se sont jointes à l’avant-garde de cet apostolat. Puis, en 2015, le pape François a publié un document, Mitis Iudex, décrétant que dans le panel de trois juges, deux pourraient être des laïcs qualifiés. C’était un grand pas en avant.

Soeur Ishbel MacPherson, SNDdeN

Histoire de sœur Ishbel MacPherson, SNDdeN

Mon arrivée dans le domaine du droit canonique a débuté en 1977 par un stage au Westminster Metropolitan Tribunal, tout en travaillant en vue de l’obtention de mon diplôme en théologie pastorale, incluant un cours de droit canonique. Auparavant, j’ai enseigné pendant 18 ans et j’ai passé trois ans à temps plein en tant que membre du Mouvement pour un Monde Meilleur. Grâce à mon travail administratif, j’ai appris à être avocate dans un cas de mariage. Alors j’ai continué comme avocate à temps plein pendant deux ans jusqu’à ce que j’obtienne un doctorat à l’Université Pontificale St Paul, Ottawa, Canada, en janvier 1984, sous la direction de feu le Père Frank Morrisey, OMI. Mon intention initiale de rester pendant un an a changé, lorsque je me suis assez vite rendu compte qu’avoir de meilleures qualifications aiderait d’autres femmes à servir l’Église dans les tribunaux du mariage. En février 1984, sœur Enid Williamson, une sœur Servite, et moi avons été nommées à Westminster comme premières juges laïques de Grande-Bretagne. Ce fut le début d’un nouvel apostolat SNDdeN. Ayant rejoint en 1978 la Société de droit canonique de Grande-Bretagne et d’Irlande, j’ai assisté aux conférences annuelles. Pendant ces années, sœur Enid et moi étions les deux seules femmes présentes. La société de droit canonique, tout comme le Tribunal de Westminster et d’autres tribunaux, a accueilli, respecté et apprécié notre participation.

Maintenant, depuis plus de 40 ans, même à la retraite, je suis impliquée dans des cas de mariage en Angleterre, en Ecosse, au Pays de Galles et dans le nord de l’Irlande. Au fil des ans, j’ai été juge, défenseur du Lien et auditrice (intervieweuse). J’ai participé à la création de tribunaux, la formation d’auditeurs et j’ai donné des conférences sur des questions canoniques. Mon travail a principalement porté sur les mariages. J’ai également animé des chapitres généraux et des réunions de religieux-religieuses et je suis disponible pour une consultation sur des questions canoniques.

Soeur Rachel Harrington, SNDdeN

Histoire de sœur Rachel Harrington, SNDdeN

Avant de m’intéresser au droit canonique, j’ai enseigné la civilisation latine et classique dans trois lycées Notre Dame en Angleterre, finissant comme professeur honoraire en 1989 au lycée St. Julie à Woolton, Liverpool. En tant qu’enfant unique, je prenais soin à la maison de ma mère, aux prises avec la démence. Incapable de faire cela seule, notre équipe provinciale britannique a fait une place pour ma mère dans notre établissement de santé SNDdeN. Tellement reconnaissante envers elles, je rendais visite le plus souvent possible, tout en suivant un cours de théologie de deux ans chez les dominicains à Oxford où j’ai suivi un module sur le droit canonique. Consciente que Sr. Ishbel travaillait dans ce domaine, j’ai demandé à suivre ses traces et j’ai reçu la permission. Après avoir obtenu les qualifications nécessaires également à St. Paul, à Ottawa, au Canada, j’ai commencé mon ministère à Westminster où Sr. Ishbel avait ouvert la voie. J’ai travaillé comme juge et défenseur depuis 1997, sauf pendant les six ans où j’ai servi au sein de notre équipe congrégationnelle de leadership. En tant que religieuse et canoniste, j’ai souvent aidé d’autres congrégations religieuses sur des questions de droit canonique.

Comme Sr. Ishbel, j’ai travaillé pour plusieurs tribunaux diocésains en Angleterre et en Irlande du Nord. Je continue de le faire depuis chez moi, pendant ces confinements pandémiques COVID-19. Je donne des conférences et je suis membre de l’équipe vicariale pour les religieux de l’archidiocèse de Westminster. Active au sein de la Société de droit canonique de Grande-Bretagne et d’Irlande, je suis la première femme à y être secrétaire. Sr. Ishbel est devenue la première femme membre à vie il y a quelques années: en assistant à ma première conférence annuelle, j’ai réalisé qu’il y avait moins de dix femmes canonistes parmi 100 prêtres. Maintenant, vingt-cinq ans plus tard, il y a maintenant autant de laïcs, hommes et femmes, que de prêtres.

Réflexions partagées sur le ministère

L’apostolat du canoniste est toujours celui de la compassion, essayant d’apporter la justice et la paix à quelqu’un qui souffre. Pour les canonistes, ce ministère est centré sur l’amour et la guérison de Jésus-Christ – un véritable privilège. Aider les personnes dont le mariage est rompu est un ministère délicat et extrêmement confidentiel. Le juge détermine si le véritable consentement a été donné à l’union ou non en raison de déficiences psychologiques ou d’intentions erronées. Beaucoup de larmes coulent lorsqu’un candidat parle de la situation! Étonnamment, l’expérience a souvent été réconfortante et guérissante pour beaucoup. Les laïcs et les prêtres d’un panel de juges apportent un équilibre et une compréhension plus approfondie des décisions prises. De nombreux laïcs contribuent à l’apostolat des tribunaux diocésains en recueillant des preuves pour les cas. La plupart le font à leurs propres frais, certains utilisant des centres d’apprentissage à distance.

Ministère des Immigrants aujourd’hui

In Rome, Pope Francis greets Sr. Rachel and expresses gratitude for the Mission of the Sisters of Notre Dame de Namur internationally, including the ministry of Sister Canonists.

En 2015, le pape François a permis à deux laïcs qualifiés d’être parmi les trois juges dans une affaire de nullité de mariage. Il a également permis à un requérant de présenter une affaire dans le diocèse où il résidait. Auparavant, un requérant devait s’adresser au diocèse où le mariage avait eu lieu ou où l’intimé résidait. Un grand nombre d’immigrants au Royaume-Uni, au lieu de postuler dans leur diocèse d’origine, vont dans le diocèse où ils vivent maintenant. À Londres, les cas se multiplient impliquant des personnes des États-Unis, du Canada, d’Australie, de Nouvelle-Zélande, des Philippines, du Japon et de nombreux pays d’Afrique et d’Amérique du Sud. De nombreux cas impliquent toujours des personnes de Pologne, d’Italie, d’Espagne et du Portugal dans un ministère «aussi large que le monde».

Un autre aspect apostolique du travail du tribunal pour le personnel concerne les non-catholiques. Lorsqu’un membre déjà marié et divorcé d’une autre religion, ou d’aucune, veut épouser un catholique, son ancien mariage doit être examiné pour déterminer s’ils sont libres de se marier dans l’Église catholique. Il s’agit d’un domaine sensible du service du tribunal et il est extrêmement rare que les candidats se plaignent de la manière dont leur demande a été traitée. Certains sont tellement impressionnés par le sérieux avec lequel l’Église catholique traite le mariage qu’ils sont poussés à rechercher l’instruction.

Des sœurs appréciées pour leur ministère extraordinaire

L’Église catholique du Royaume-Uni et au-delà apprécie les sœurs Ishbel et Rachel. En tant que femmes, elles ont des idées que même le clergé le plus intuitif ne peut jamais avoir – un don reconnu même par leurs collègues clercs masculins. Ces sœurs reconnaissent et comprennent le traumatisme émotionnel qui empêche certaines requérantes de s’exprimer clairement. L’efficacité réputée de ces deux sœurs est une source d’étonnement et d’un certain amusement dans leur expertise de la gestion de tant de cas à la fois. Elles tendent la main rapidement, avec immédiateté aux gens afin qu’il n’y ait pas de retard dans la résolution des cas de mariage. Bien que les histoires de participants à la rupture du mariage soient souvent déchirantes, sœurs Ishbel et Rachel savent que leur ministère permet un futur mariage dans l’Église et une possible fin heureuse par un retour aux sacrements.

Les tribunaux diocésains apprécient leur contribution extraordinaire.