SNDdeN Provide Health Care: Tambogrande, Peru

French

CARING FOR OUR COMMON HOME: a formation program for rural catechists in the Tambogrande for protection of the environment. One group of catechists reduces the use of plastics by drinking water from re-usable glasses. Sr. Juana (center) dreams of involving more villages.

By Sisters Juana Rivera Jara, Consuelo Zapata and Miriam Montero Bereche, SNDdeN

Two communities of Sisters of Notre Dame de Namur (SNDdeN) live
and minister in the area around Tambogrande, Peru. When the El Niño rains hit the Pacific coast of Peru in 2017, the flooding and damage were severe. The rains devastated whole villages of houses, schools, and health centers; destroyed roads, bridges and vast areas of crops. During the heavy flooding, the Sisters rallied to help people suffering from the disasters to their homes and property. Everywhere, destruction and disease pervaded an area where many people were already vulnerable! Three sisters living in Tambogrande are all involved in healthcare in some way: two nurses, Sisters Juana Rivera, LPN, and Consuelo Zapata, RN, and a psychologist/therapist, Sr. Miriam Montero Bereche. They reach out to the parish also in teaching catechetics.

Sr. Juana witnesses daily the pain of those who are ill.

Sr. Juana has worked in the town’s health center for nearly 20 years. Living in poverty and at great distances from medical centers, people face illnesses and injury, and often do not have the resources they need. During the annual rains, deadly diseases pervade the area, especially dengue hemorrhagic fever, viral diseases from mosquitoes, and the threat of cholera. “Every year there are many deaths,” Sr. Juana says sadly. “I care for people with these illnesses who are mostly those living in poverty.”

Sr. Juana comes from the village of Miraflores, high in the hills bordering the town of Tambogrande. “I was born in the rural area, I grew up in the campo,” she tells us. “I appreciate and enjoy the countryside and nature and all its beauty.” Some moments do sadden her: people suffering from rural flooding, swollen rivers and creeks, villages cut off by destroyed roads and bridges, mudslides; crops are completely lost and domestic animals carried away into the rivers.” Sr. Juana understands the challenges. The people who come to the Tambogrande health center live in poverty. They come great distances, from rural communities. To reach the health center, they face major obstacles for travel. Small health clinics in rural communities get completely washed away and force the people to make the long trek into Tambogrande. Sr. Juana understands the hurdles and frustrations experienced by the people as they travel through raging waters and thick mud.

Srs. Juana and Consuelo teach the Sacraments in the parish!

Challenges for Care

Once arrived, the people need to pay for basic supplies, such as needles, IV equipment, bandages, medicines. Many do not have health insurance or any money. With the bean fields washed away by the floods, the livestock drowned, these desperate people search for medical help for loved ones. Our health center, still standing, is desperately underequipped and short-staffed. We do not have enough beds, mosquito nets or other essential equipment. When the emergency room overflows with patients, the medical staff attends to them on stretchers and benches in the hallways. For doctors and nurses, the situation can be extremely difficult, with long hours and a shortage of medical personnel. The conditions are not safe for the healthcare workers either, often afraid of contracting these same illnesses.

Sr. Juana also has responsibility for the rural catechesis programs of St. Andrew’s Parish, which provides education for Baptisms, First Communions and Matrimony. Sr. Juana uses every opportunity to educate about caring for the environment. Recently, her group of catechists from 80 villages pledged to reduce the use of plastics, using reusable glasses for drinks.

Sister Evelyn visits an elderly blind neighbor, caring for her 10 grandchildren while their children’s mother sells bananas in the local market. Sr. Evelyn delivers much-needed groceries and medications.

Community of Sisters Assists: Fifty Years in Peru

Sr. Consuelo Zapata is a registered nurse who recently completed her nursing education. Like all health professionals in Peru, Sr. Consuelo is required to offer a year of professional services in a medically-underserved area, such as in the mountains, or in the jungles on the other side of the mountains. While she is awaiting the start of her year of service, Sr. Consuelo is helping out in the health center where Sr. Juana works. The staff and patients greatly appreciate Sr. Consuelo’s presence and professional skill. She is also a coordinator of the town’s Confirmation program. Last year, nearly 500 teenagers were confirmed!

Another Sister in the Tambogrande community is Sr. Miriam Montero Bereche, a psychologist and therapist. In addition to individual and family therapy, Sr. Miriam offers post-traumatic stress counselling, workshops in schools, to parish groups, and for parents of specialneeds children. She has a program in the rural areas; she accompanies families of mentally ill individuals, assisting them to obtain professional help and medications needed. With Sr. Evelyn Fitzke (dividing her time between Tambogrande and Lima), through the St. Julie Senior Adult Program and Notre Dame Mental Health Program, Sr. Miriam is able to provide much-needed medications and groceries to the elderly and the mentally ill.

Sr. Miriam visits the elderly in their homes in the villages around Tambogrande to offer her skills as a psychologist. Her listening and caring attitude are greatly appreciated!

Fiftieth Anniversary in Peru

In 2020 year, the Sisters of Notre Dame de Namur will celebrate fifty years of presence in Peru (1970-2020.) Through their involvement in the local parish, formal education such as the Fe y Alegría schools, and healthcare, and with the generosity of so many donors, the Sisters feel blessed to be able to respond to the needs of the Peruvian people over these many years. God is indeed so very good!

Les SNDdeN fournissent des soins de santé: Tambogrande, Pérou

anglais

PRENDRE SOIN DE NOTRE MAISON COMMUNE: un programme de formation pour les catéchistes ruraux de Tambogrande pour la protection de l’environnement. Un groupe de catéchistes réduit l’utilisation des plastiques en buvant l’eau dans des verres réutilisables. Sr Juana (centre) rêve d’impliquer plus de villages.

Par Sœurs Juana Rivera Jara, Consuelo Zapata et Miriam Montero Bereche, SNDdeN

Deux communautés de Sœurs de Notre Dame de Namur (SNDdeN) vivent et servent dans la région de Tambogrande, au Pérou. Quand les pluies de l’El Niño ont frappé la côte Pacifique du Pérou en 2017, les inondations et les dégâts étaient importants. Les pluies ont dévasté des villages entiers de maisons, écoles et centres de santé; détruit des routes, des ponts et de vastes zones de cultures. Pendant les fortes inondations, les sœurs se sont mobilisées pour aider les personnes qui souffraient à cause des désastres causés à leurs maisons et leurs biens. Partout, destruction et maladie ont envahi une zone où de nombreuses personnes étaient déjà vulnérables! Trois sœurs vivant à Tambogrande sont toutes impliquées d’une certaine façon dans les soins de santé : deux infirmières, Sœurs Juana Rivera et Consuelo Zapata, et une psychologue / thérapeute, Sr. Miriam Montero Bereche. Elles touchent aussi la paroisse par l’enseignement de la catéchèse.

Sœur Juana est quotidiennement témoin de la douleur de ceux qui sont malades.

Sr Juana travaille dans le centre de santé de la ville depuis près de 20 ans. Vivant dans la pauvreté et à de grandes distances des centres médicaux, les gens font face à des maladies et des blessures, et souvent ils n’ont pas les ressources dont ils ont besoin. Pendant les pluies annuelles, des maladies mortelles pénètrent la région, en particulier la dengue, la fièvre hémorragique, des maladies virales dues aux moustiques et la menace du choléra. “Chaque année, il y a beaucoup de décès”, dit tristement Sr Juana. “Je prends soin des personnes atteintes de ces maladies, qui sont surtout celles qui vivent dans la pauvreté

Sr Juana vient du village de Miraflores, haut dans les collines bordant la ville de Tambogrande. «Je suis née en milieu rural, j’ai grandi dans le campo », nous dit-elle. ”J’apprécie la campagne et la nature et toute sa beauté et j’en jouis.” Certains moments l’affligent: les personnes qui souffrent d’inondations rurales, rivières et ruisseaux gonflés, villages coupés par des destructions de routes et de ponts, glissements de terrain; des cultures sont complètement perdues et des animaux domestiques sont emportés dans les rivières. Sr Juana comprend les défis. Les personnes qui viennent au centre de santé de Tambogrande vivent dans la pauvreté. Elles viennent des communautés rurales et parcourent de grandes distances. Pour atteindre le centre de santé, elles sont confrontées à des obstacles majeurs pour le voyage. De petites cliniques de santé dans les communautés rurales sont complètement emportées et obligent les gens à faire le long périple vers Tambogrande. Sr Juana comprend les obstacles et les frustrations vécues par les gens qui voyagent à travers eaux déchaînées et boue épaisse.

Srs. Juana et Consuelo enseignent les sacrements dans la paroisse!

Défis pour les soins

Une fois arrivés, les gens doivent payer pour les fournitures de base, telles que les aiguilles, le matériel pour les injections intraveineuses, les bandages et médicaments. Beaucoup n’ont ni assurance maladie ni argent. Avec les champs de haricots emportés par les inondations, le bétail noyé, ces personnes désespérées recherchent une aide médicale pour les proches qu’elles aiment. Notre centre de santé, toujours debout, est désespérément sous-équipé et à court de personnel. Nous n’avons pas assez de lits, de moustiquaires ou d’autre équipement essentiel. Lorsque la salle d’urgence déborde de patients, le personnel médical s’occupe d’eux sur des brancards et des bancs dans les couloirs. Pour les médecins et les infirmières, la situation peut être extrêmement difficile, avec de longues heures et une pénurie de personnel. Les conditions ne sont pas sûres non plus pour les travailleurs de la santé, qui ont souvent peur de contracter ces mêmes maladies.

Sr Juana est également responsable des programmes de catéchèse rurale de la paroisse St. Andrew, qui dispense des cours pour les baptêmes, premières communions et mariage. Sr Juana saisit chaque opportunité pour éduquer sur le respect de l’environnement. Récemment, son groupe de catéchistes de 80 villages s’est engagé à réduire l’utilisation des plastiques, en utilisant des verres réutilisables pour les boissons.

Sr. Evelyn visite une voisine âgée aveugle, qui prend soin de ses 10 petits-enfants pendant que leur maman vend des bananes au marché local. Sr. Evelyn donne des articles d’épicerie et des médicaments bien nécessaires.

La communauté des sœurs aide: Cinquante ans au Pérou

Sr. Consuelo Zapata est une infirmière qui a terminé sa formation récemment. Comme tous les professionnels de santé au Pérou, Sr. Consuelo doit offrir une année de services professionnels dans une zone médicalement mal desservie, comme dans les montagnes, ou dans les jungles de l’autre côté des montagnes. Pendant qu’elle attend le début de son année de service, Sr. Consuelo aide dans le centre de santé où Sr Juana travaille. Le personnel et les patients apprécient grandement la présence et la compétence professionnelle de Sr. Consuelo. Elle est également coordinatrice du programme de confirmation de la ville. L’année dernière, près de 500 adolescents ont été confirmés!

Une autre sœur dans la communauté de Tambogrande est Sr. Miriam Montero Bereche, psychologue et thérapeute. Outre les prestations individuelles et la thérapie familiale, Sr. Miriam offre des consultations sur le stress post-traumatique, des ateliers dans les écoles, pour des groupes paroissiaux, et pour les parents d’enfants aux besoins spéciaux. Elle a un programme dans les zones rurales; elle accompagne les familles de malades mentaux, les aidant à obtenir une aide professionnelle et les médicaments nécessaires. Avec Sr. Evelyn Fitzke (qui partage son temps entre Tambogrande et Lima), par le biais du Programme Ste Julie pour les aînés et du Programme Notre-Dame de santé mentale, Sr. Miriam est en mesure de fournir des médicaments et produits d’épicerie bien nécessaires aux personnes âgées et aux malades mentaux.

Sr. Miriam visite les personnes âgées dans leurs maisons dans les villages autour de Tambogrande pour offrir ses talents de psychologue. Son attitude d’écoute compatissante est fortement appréciée !

Cinquantième anniversaire au Pérou

En 2020, les Sœurs de Notre Dame de Namur fêteront cinquante années de présence au Pérou (1970-2020). Grâce à leur implication dans la paroisse locale, l’éducation formelle comme les écoles Fe y Alegría, et les soins de santé, et avec la générosité de tant de donateurs, les Sœurs se sentent bénies d’avoir pu répondre aux besoins du peuple péruvien au cours de ces nombreuses années. Dieu est vraiment très bon!

Steps Forward into the Notre Dame Mission

French

Region Directors of Mission Integration: Kathy Sennott, Meg Sharp, Sr. Louise O’Reilly, SNDdeN

By Sr. Louise O’Reilly, SNDdeN, Kathy Sennott and Meg Sharp

As Region Directors of Mission Integration in the United States, we raise reflective questions for realizing our goals:
• How do we ensure that our Notre Dame ministries will carry the Mission of the Sisters of Notre Dame de Namur and our Catholic identity well into the future?
• How do we continue to infuse our ministries with the spirit and vision of St. Julie?
• How do we live out the vision of St. Julie in our present time?

We implement these goals in a variety of initiatives and new relationships across the United States. Our focus is “mission integration.” Modeling the productive partnership of St. Julie and Françoise, the mission integration staff in the Provinces/Units of Ohio and U.S. East-West are working collaboratively to bring their experience and skill to this effort. The Leadership Teams in the United States have appointed Sr. Maria Delaney, U.S. Director of the Office of Sponsored Ministries, and one Province (US East-West) has named Katie Colin as Executive Director of Sponsorship for their province. Sponsorship personnel work directly with Corporations and Boards of Sponsored ministries.* As Directors of Mission Integration we, Meg Sharp (OH), Sr. Louise O’Reilly and Kathy Sennott (US EW-East) have the responsibility and privilege to collaborate with administrators and staff in Notre Dame de Namur sponsored schools and health care facilities. “For the last four years, we have worked cooperatively, across provinces, to build community amongst ourselves and our ministries,” stated Meg Sharp.

Sr. Jean Stoner, SNDdeN gives a PowerPoint presentation on Our Global Reality to students at Chaminade Julienne High School in Dayton, Ohio.

Initiatives for Co -Workers

Together we have developed, implemented and supported a number of initiatives:
Orientation for new administrators (Presidents/Heads of Schools,
CEOs, Executive Directors etc.) for ND schools and health
care facilities
Orientation for new staff
Gathering for Mission Integration of school and health care
personnel with a deeper understanding of the ND mission and its implications for ministry
Collaboration to develop resources for mission effectiveness
Sharing Resources with our ministries
In-service Opportunities and conversation:
~ to expand and deepen an understanding of the Hallmarks of a Notre Dame Learning Community as core values for all Notre Dame ministries
~ to gain insights into effective integration of the Mission into our ministries, through on-site visits, events and Mission Committee participation on Boards.

Faculty and Staff in the Mid-Atlantic schools interact at a Hallmarks Retreat in Marriottsville, MD.

The Hallmarks are an important resource for our use. Developed on the West Coast, they have now been embraced by our ministries nation-wide and beyond. Retreats based on the Hallmarks, first designed and implemented in 2010, are offered now on an annual basis as a means to strengthen commitment to our mission. As Meg Sharp points out, “Participants gain insights and ideas from colleagues in ND ministries often resulting in continued collaboration.”

At the 7th Annual gathering on Mission Integration, administrators from schools and health care facilities in the Northeast know the Art of Healing with Laughter in a workshop given by Lisa Wessan (standing) at Emmanuel College in Boston, MA.

Pilgrimages to Julie Country

We have all had the opportunity to walk literally in the footsteps of
Julie and Françoise in Belgium and France, as participants on the
Julie Pilgrimage, led by Sr. Marie Kelly, SNDdeN (first near railing).
Katie Colin (second near railing) also participated in the July 2019
pilgrimage. The stories and spirituality of our co-foundresses came alive in new ways for us and have already deeply influenced our appreciation for the Notre Dame legacy. Inspired by this pilgrimage to our ND Heritage Centre, we bring this experience to our ongoing initiatives and gatherings, as well as to the development of resources for this ministry. We realize the impact that such a journey to the sources is transformative for influencing our ministry in new ways. “Mission Integration” is not just two words: this means a lived reality. We aim to make our Notre Dame mission a lived reality of transformation, today and into the future, for all involved in our ministries.

We, as pilgrims walking in special footsteps, pose on the staircase often used by St. Julie Billiart, in the convent she opened in Ghent, Belgium.

Des pas en avant dans la mission Notre-Dame

anglais

Directrices régionales de l’intégration de la mission : Kathy Sennott, Meg Sharp, Sr. Louise Reilly, SNDdeN.

Par Sr.Louise Reilly, SNDdeN, Kathy Sennott et Meg Sharp

En tant que directrices régionales de l’intégration de la mission aux Etats-Unis, nous posons des questions de réflexion pour atteindre nos buts :

  • Comment assurons-nous que nos ministères Notre-Dame vont porter la mission des Sœurs de Notre-Dame de Namur et notre identité catholique bien avant dans le futur ?
  • Comment continuons-nous à infuser l’esprit et la vision de Ste Julie dans nos ministères ?
  • Comment vivons-nous la vision de Ste Julie dans notre temps présent ?

Nous mettons ces buts en œuvre dans une variété d’initiatives et de nouvelles relations à travers les Etats-Unis. Notre point focal est « intégration de la mission ». Sur le modèle du partenariat productif de Ste Julie et Françoise, le personnel d’intégration de la mission dans les provinces/Unités d’Ohio et U.S. East-West collaborent pour y apporter leur expérience et leur compétence. Les équipes de leadership des Etats-Unis ont nommé Sr. Maria Delaney directrice pour les Etats-Unis du Bureau des ministères parrainés, et la province East-West a nommé Katie Colin comme directrice exécutive des parrainages pour cette province. Le personnel des parrainages travaille directement avec des sociétés et les Conseils des ministères parrainés

En tant que directrices de l’intégration de la mission, nous, Meg Sharp (OH), Sr. Louise Reilly et Kathy Sennott (US East-West) avons la responsabilité et le privilège de collaborer avec les administrateurs et le personnel des écoles et établissements de soins de santé Notre-Dame parrainés. « Pendant les quatre dernières années, nous avons travaillé en coopération à travers les provinces pour construire une communauté entre nous et nos ministères », déclara Meg Sharp.

Sr. Jean Stoner, SNDdeN, donne un exposé par PowerPoint sur Notre réalité mondiale à des étudiant(e)s à l’école secondaire Chaminade Julienne à Dayton, Ohio.

Initiatives pour les collaborateurs-collaboratrices

Ensemble nous avons développé, mis en œuvre et soutenu bon nombre d’initiatives :

  • Orientation pour les nouveaux administrateurs (présidents, directeurs d’écoles, directeurs exécutifs, etc.) pour les écoles et les établissements de soins de santé Notre-Dame
  • Orientation pour le nouveau personnel
  • Rassemblement pour l’intégration de la mission du personnel des écoles et des établissements de soins de santé avec une compréhension plus profonde de la mission ND et de ses implications pour le ministère
  • Collaboration pour développer des ressources pour l’efficacité de la mission
  • Partage des ressources avec nos ministères
  • Opportunités pendant le service et conversation :
  • Pour étendre et approfondir la compréhension des ‘Hallmarks’ (empreintes) d’une communauté d’apprentissage Notre-Dame comme valeurs fondamentales pour tous les ministères Notre-Dame
  • Pour obtenir de nouveaux points de vue sur l’intégration effective de la mission dans nos ministères, par des visites sur place, des événements et la participation du Comité de la mission à des conseils d’administration
Des professeurs et du personnel des écoles de Mid-Atlantic interagissent lors d’une retraite ‘Hallmarks’ à Marriotsville, MD.

Les ‘Hallmarks’ sont une ressource importante pour notre usage. Développées sur la côte ouest, elles ont maintenant été adoptées par nos ministères dans toute la nation et au-delà. Des retraites basées sur les ‘Hallmarks’, d’abord élaborées et mises en œuvre en 2010, sont offertes maintenant sur une base annuelle comme un moyen de renforcer l’engagement à notre mission. Comme le fait remarquer Meg Sharp, « Les participant(e)s acquièrent des points de vue et des idées de la part de collègues dans des ministères ND et cela résulte souvent dans une collaboration continue. »

Lors du 7e rassemblement annuel sur l’intégration de la mission, des administratrices d’écoles et d’établissements de soins de santé dans le nord-est connaissent l’art de guérir par le rire dans un atelier donné par Lisa Wessan (debout) à Emmanuel College à Boston, MA.

Pèlerinages au pays de Julie

Nous avons toutes eu l’opportunité de marcher littéralement sur les pas de Julie et Françoise en Belgique et en France, comme participantes au pèlerinage Julie, mené par Sr. Marie Kelly, SNDdeN (la première près de la rampe). Katie Colin (seconde près de la rampe) a aussi participé au pèlerinage de juillet 2019. Les histoires et la spiritualité de nos co-fondatrices sont devenues vivantes pour nous d’une nouvelle manière et elles ont déjà influencé profondément notre appréciation de l’héritage Notre-Dame. Inspirées par ce pèlerinage à notre Centre d’héritage ND, nous apportons cette expérience à nos initiatives et rassemblements continus, tout comme au développement de ressources pour ce ministère. Nous réalisons que l’impact d’un tel voyage aux sources est transformant pour influencer notre ministère de nouvelles façons. « L’intégration de la mission », ce n’est pas que des mots : cela signifie une réalité vivante. Nous visons à faire de notre mission Notre-Dame une réalité vécue de transformation, aujourd’hui et à l’avenir, pour toute les personnes impliquées dans notre ministère.

Nous, comme pèlerines qui marchent sur des traces spéciales, posons sur l’escalier souvent utilisé par Ste Julie Billiart, dans le couvent qu’elle a ouvert à Gand en Belgique.

Farming Families Search for Land

Français

Sr. Maria Vagner Souza Silva teaches Biblical Studies in the community of Sâo Joâo Batista in Anapu

By Sisters Jane Dwyer and Kathryne Webster, SNDdeN

We, Sisters of Notre Dame de Namur (SNDdeN), follow and walk with the people in Anapu, Brazil. From 1982 until 2005, Sr. Dorothy Stang was herself the Pastoral Land Commission in Anapu. Since her brutal murder, we have been coordinating this work. We accompany farming families as they search for land, respect nature, improve their production and life and their own organization. The right and responsibility to initiate belong to the people with whom we journey. Since 2005, we have created the Committee in Defense of Anapu (CDA). For the last fifteen years, we have met with this Committee for the entire day on one Saturday each month, to address issues pertaining to the farming families, their needs, problems and threats. The people share their difficulties, reflect together on the causes, make collective and group decisions to change attitudes. Opening each meeting, our SNDdeN role is to provide an initial reflection; we call it a mística. This ecumenical experience helps the people to deepen their values and motivation for sustaining them on this journey.

The people share their difficulties, reflect together on the causes, make collective and group decisions to change attitudes. Opening each meeting, our SNDdeN role is to provide an initial reflection; we call it a mística. This ecumenical experience helps the people to deepen their values and motivation for sustaining them on this journey.

Workshops in 2020

During 2020, we intend to offer practical workshops, requested by the families, on various ways of planting and cloning cacau in the forest, preparing and planting crops without burning, land homeopathy, the extraction of oils and essences from the forest, economic organization of the rural family, and other activities depending on the year’s journey. We offer Biblical studies, continually providing spiritual resources for motivation on the journey. We aim to decentralize these workshops by offering them in various sectors of the municipality. There are more than 100 communities and conflict areas in Anapu.

Sr. Katy Webster meets with landless farmers to give them advice in organizing their defense

Land Conflict and Organization of People

The land in Anapu is all public and destined for Agrarian Reform. We do not encourage people to occupy new lands but to take back lands that have been usurped, bought and sold illegally. The people work together within the judicial system with the National Institute for Colonization and Agrarian Reform (INCRA). After Sister Dorothy’s assassination, the creation of the defense committee, the CDA, helped families with land conflicts, to settle and win in court. The people occupy the usurped lands or organize groups with clear objectives. This organizing does create a lot of tension, violence and imprisonment in Anapu. The Pastoral Land Commission (CPT) defends families against slaughter, murder and violence. At first, the people needed help with everything, from typing letters, reports, petitions to discovering where to get required help. Today they take the responsibility for organizing themselves, finding the information for their defense, approaching INCRA, and all for public defense.

SNDdeN Presence and Ministry

Srs. Jane Dwyer and Kathryne Webster continue the journey and mission of Sr. Dorothy with farming families in Brazil.

We continue formation and follow-up through workshops, visits, and seeking financial assistance and defense in the face of threats to life, murders and the constant presence of gun and militias. Since 2015, 19 people in Anapu have been brutally murdered, with three killed in 2019, over land conflicts. Several individuals and many families have fled from Anapu, to escape being murdered. People face the threat of gunmen who have murdered companions and family members and intend to kill others. Farm families and their organization have not yet been able to achieve their goal. Our journey with them in Anapu and the wider Brazilian community becomes clearer to us with time. Our Notre Dame de Namur presence in Anapu is more to inform, influence and open channels against isolation from the outside world.

Closed channels in national and international communication permit and invite a general massacre of the “retaken lands and their families.” Our Gospel journey is not about death; it is about life and life in abundance. In the current national political reality, this hope is threatened daily. We pray to Sr. Dorothy that our dream for the families in Anapu, will one day be a reality.

15th Forest Pilgrimage

Each year in July, motivated by the person and martyr, Sister Dorothy Stang, we organize the Forest Pilgrimage. On the journey, we reflect on the preservation of the forest, reforestation, protection of the waters and the creatures of the forest. We are constantly reminded that the land does not belong to us; it is we who belong to the land. As the pilgrimage leaves Sister Dorothy’s grave, we walk three days to the Esperança Sustainable Development Project (PDS Esperança) where Dorothy was murdered. Esperança means hope. The pilgrimage marks, moves and creates the desire to continue on the journey. The people share the expenses which we keep within the reach of the families themselves, since we do not have a secure, formal and continuous project to sustain the work financially. We realize that the people will be responsible to continue this pilgrimage when Notre Dame de Namur and the Land Pastoral (CPT) disappear.

At Sr. Dorothy’s tomb, the people added a red cross with the names of all our other martyrs, farmers killed in this land conflict 2015 and 2019 (3 killed in 2019).

These 15 years without Dorothy are years of hope, courage, continued conflict and martyrdom. Nineteen other martyrs have been assassinated in this struggle to return the land to those who belong to the land. People live, work and celebrate life, provide food for 80% of all families in Brazil, principally the poor. Families open their doors, share their tables, and give their lives for other. The little they have in this world is shared: their dreams, their hopes, their homes, their food, their children, their lives…

Les familles d’agriculteurs cherchent des terres

anglais

Sœur Maria Vagner Souza Silva enseigne les études bibliques dans la communauté de Sâo Joâo Batista à Anapu.

par sœurs Jane Dwyer et Kathryne Webster, SNDdeN

Nous, Sœurs de Notre Dame de Namur (SNDdeN), suivons et marchons avec les gens d’Anapu, Brésil. De 1982 à 2005, Sr. Dorothy Stang était elle-même la Commission pastorale de la terre d’Anapu. Depuis son meurtre brutal, nous coordonnons ce travail. Nous accompagnons les familles d’agriculteurs dans leur recherche de terres, dans le respect de la nature, dans l’amélioration de leur production et de leur vie et de leur propre organisation. Le droit et la responsabilité d’initier appartiennent aux personnes avec lesquelles nous cheminons. Depuis 2005, nous avons créé le Comité de défense d’Anapu (CDA). Au cours des quinze dernières années, nous avons rencontré ce comité toute la journée un samedi de chaque mois, pour aborder les questions relatives aux familles d’agriculteurs, leurs besoins, leurs problèmes et leurs menaces. Les gens partagent leurs difficultés, réfléchissent ensemble sur les causes, prennent des décisions collectives et de groupe pour changer les attitudes. A l’ouverture de chaque réunion, notre rôle de SNDdeN est de fournir une première réflexion; nous l’appelons une mística. Cette expérience œcuménique aide les gens à approfondir leurs valeurs et leur motivation pour les soutenir dans ce cheminement.

Ateliers en 2020

En 2020, nous comptons proposer des ateliers pratiques, demandés par les familles, sur les différentes façons de planter et cloner le cacao en forêt, préparer et planter des cultures sans brûler, l’homéopathie foncière, l’extraction des huiles et essences de la forêt, l’organisation économique de la famille rurale et autres activités selon le parcours de l’année. Nous offrons des études bibliques, fournissant continuellement des ressources spirituelles pour la motivation en chemin. Nous visons à décentraliser ces ateliers en les proposant dans différents secteurs de la commune. Il y a plus de 100 communautés et zones de conflit à Anapu.

Sœur Katy Webster rencontre des agriculteurs sans terre pour leur donner des conseils dans l’organisation de leur défense!

Conflit foncier et organisation des personnes

Les terres d’Anapu sont toutes publiques et destinées à la réforme agraire. Nous n’encourageons pas les gens à occuper de nouvelles terres, mais à reprendre des terres qui ont été usurpées, achetées et vendues illégalement. Les gens travaillent ensemble au sein du système judiciaire avec l’Institut national pour la colonisation et la réforme agraire (INCRA).

Après l’assassinat de sœur Dorothy, la création du comité de la défense, le CDA, a aidé les familles aux prises avec des conflits fonciers à s’installer et à gagner devant les tribunaux. Le peuple occupe les terres usurpées ou organise des groupes avec des objectifs clairs. Cette organisation crée beaucoup de tension, de violence et d’emprisonnement à Anapu. La Commission pastorale de la terre (CPT) défend les familles contre le massacre, le meurtre et la violence. Au début, les gens avaient besoin d’aide pour tout, depuis dactylographier des lettres, des rapports, des pétitions jusqu’à découvrir où obtenir l’aide nécessaire. Aujourd’hui, ils prennent la responsabilité de s’organiser, de trouver les informations pour leur défense, de se rapprocher de l’INCRA, et tous pour la défense publique.

Présence et ministère des SNDdeN

Srs. Jane Dwyer et Kathryne Webster poursuivent le cheminement et la mission de Sr. Dorothy avec une famille d’agriculteurs

Nous poursuivons la formation et le suivi par le biais d’ateliers, de visites, et recherchons une aide financière et une défense face aux menaces de mort, aux meurtres et à la présence constante d’armes à feu et de milices. Depuis 2015, 19 personnes à Anapu ont été brutalement assassinées, dont trois tuées en 2019, au cours de conflits fonciers. Plusieurs individus et de nombreuses familles ont fui Anapu pour échapper au meurtre. Les gens sont menacés par des hommes armés qui ont assassiné des compagnons et des membres de leur famille et ont l’intention d’en tuer d’autres. Les familles d’agriculteurs et leur organisation n’ont pas encore pu atteindre leur objectif. Notre cheminement avec eux à Anapu et avec la communauté brésilienne au sens large devient plus clair pour nous avec le temps. Notre présence à Notre-Dame de Namur à Anapu vise davantage à informer, influencer et ouvrir des canaux contre l’isolement du monde extérieur.

Les canaux fermés dans les communications nationales et internationales permettent et invitent à un massacre général des «terres reprises et de leurs familles». Notre cheminement évangélique ne concerne pas la mort; c’est la vie et la vie en abondance. Dans la réalité politique nationale actuelle, cet espoir est menacé quotidiennement. Nous prions Sr. Dorothy que notre rêve pour les familles d’Anapu devienne un jour une réalité.

15e pèlerinage forestier

Chaque année en juillet, motivés par la personne et martyre, sœur Dorothy Stang, nous organisons le pèlerinage forestier. Pendant le voyage, nous réfléchissons sur la préservation de la forêt, le reboisement, la protection des eaux et des créatures de la forêt. On nous rappelle constamment que la terre ne nous appartient pas ; c’est nous qui appartenons à la terre.

Alors que le pèlerinage quitte la tombe de sœur Dorothy, nous marchons trois jours vers le projet de développement durable d’Esperança (PDS Esperança) où Dorothy a été assassinée. Esperança signifie espérance. Le pèlerinage marque, émeut et crée l’envie de continuer le cheminement. Les gens partagent les dépenses que nous gardons à la portée des familles elles-mêmes, car nous n’avons pas de projet sûr, formel et continu pour soutenir financièrement le travail. Nous nous rendons compte que le peuple sera chargé de poursuivre ce pèlerinage lorsque Notre Dame de Namur et la Pastorale de la terre (CPT) disparaîtront.

Au tombeau de sœur Dorothy, les gens ont ajouté une croix rouge avec les noms de tous nos autres martyrs, agriculteurs tués dans ce conflit foncier entre 2015 et 2019 (3 tués en 2019).

Ces 15 années sans Dorothy sont des années d’espoir, de courage, de conflits continus et de martyre. Dix-neuf autres martyrs ont été assassinés dans cette lutte pour rendre la terre à ceux qui appartiennent à la terre. Les gens vivent, travaillent et célèbrent la vie, fournissent de la nourriture à 80% de toutes les familles au Brésil, principalement les pauvres. Les familles ouvrent leurs portes, partagent leurs tables et donnent leur vie pour les autres. Le peu qu’ils ont en ce monde est partagé : leurs rêves, leurs espoirs, leurs maisons, leur nourriture, leurs enfants, leurs vies…

Témoin prophétique: Dorothy Stang, SNDdeN

anglais

Tenant une croix faite à la main, suivant une croix en bois en procession avec les sœurs Rosemary Donohue et Cornelia Curran, SNDdeN, Sœur Dorothy descend les escaliers de l’église paroissiale de Saint-Éloi à Cuvilly en juillet 2004.

En 2004, Sœur Dorothy Stang, SNDdeN, célébrant le 200e anniversaire de la congrégation des Sœurs de Notre Dame de Namur, est allée en pèlerinage au lieu de naissance de sainte Julie Billiart à Cuvilly, en France. Avant de fonder la Congrégation en 1804, Sainte Julie eut une vision à Compiègne; elle vit beaucoup de femmes habillées simplement, debout autour d’une croix. Elle entendit les mots: “Ce sont les filles que je vais vous donner dans un Institut marqué par ma croix.” Souvent, sainte Julie a dit à celles qui ont demandé à devenir ses sœurs qu’elle les avait vues à Compiègne – signe que ces femmes appartiendraient à cette congrégation marquée par la croix, comme SNDdeN !

Le 12 février 2005, quelques mois seulement après son pèlerinage au pays de Julie, de puissants éleveurs, convoitant la terre, ont engagé des tueurs pour assassiner sœur Dorothy, alors qu’elle marchait sur un chemin de terre à Anapu, au Brésil. Ayant défendu les droits des paysans sans terre pendant près de 40 ans, Sr. Dorothy défendait également la forêt tropicale contre la dévastation. En 2008, les Nations unies ont reconnu les contributions exceptionnelles de sœur Dorothy à la protection des droits humains et des libertés fondamentales et l’ont honorée à titre posthume du Prix des Nations unies pour les droits humains. Cette année, nous nous souvenons de Sœur Dorothy à l’occasion du 15e anniversaire de son martyre!

Les communautés de migrants respectaient sœur Dorothy dans ses conseils pour protéger la terre et la forêt tropicale de la dévastation des riches éleveurs de bétail.

Chemin de croix à Rome

En octobre 2019, le pape François a appelé les évêques à Rome pour un synode sur l’Amazonie. Un samedi du Synode, la prière était un chemin de croix, provenant du Castel Sant Angelo, en parcourant la Via della Conciliazione jusqu’à la place Saint-Pierre. Les évêques, avec des membres des communautés autochtones d’Amazonie, ont réfléchi sur les peuples souffrants qui vivent dans la forêt tropicale et dans le monde. Des réflexions sur différentes stations de la croix ont inclus des martyrs de l’Amazonie. La huitième station s’est concentrée sur la «clameur des femmes» et la processsion s’est arrêtée là pour prier notre martyre SNDdeN, Dorothy Stang. Les sœurs Sandra Araujo dos Santos et Rebeca Spires de la province du Brésil, à Rome pour le Synode, ont participé à cette prière émouvante avec les membres de notre Équipe de leadership de la congrégation (CLT)! Plus tard, elles ont rejoint notre équipe de leadership avec les Sœurs du Bon Pasteur au généralat pour une liturgie spéciale en l’honneur des martyrs de l’Amazonie.

Sr. Pat O’Brien a rejoint le Chemin de croix avec le poster de Sr. Dorothy sur une carte du Brésil.

La province de l’Ohio se souvient

Le monde entier de Notre Dame de Namur, sœurs, associé(e)s, collègues, étudiant(e)s, partenaires en mission se souviennent de sœur Dorothy lors d’événements spécifiques. Début février, les sœurs de la province de l’Ohio ont accueilli au couvent ‘Mount Notre-Dame’ trois des frères et sœurs de sœur Dorothy, David, Tom et Barbara Stang Richardson, à une présentation et un film de Samuel Clements: « l’étudiant, la nonne et l’Amazonie ». Samuel a décrit à son public comment sa vie s’est transformée et sa carrière a radicalement changé après sa rencontre avec Sr. Dorothy, en la filmant dans la forêt tropicale du Brésil. Au cours de sa visite en Ohio, Samuel a fasciné les administrateurs, les professeurs et les étudiants du lycée ‘Mount Notre Dame’ à Cincinnati et du lycée Chaminade Julienne à Dayton par sa présence et son film.

Projet anniversaire

Le leadership des SNDdeN aux États-Unis a prévu tout au long de cette année un projet du 15e anniversaire, une série d’événements, coordonnée par Sr Judith Clemens, qui a œuvré avec Sr Dorothy pendant de nombreuses années au Brésil. Du 12 février 2020 au 12 février 2021, le projet visera à inviter et à encourager les autres à développer des projets en souvenir de sœur Dorothy et à envisager des moyens de poursuivre son héritage à l’avenir. Ce projet comprend une brochure, intitulée ‘Her Legacy Endures in Us’ (son héritage persiste en nous), facilement accessible sur le site web des SNDdeN aux États-Unis. www.snddenusa.org

Samuel Clements fascine le public avec son film et les descriptions de son voyage avec sœur Dorothy dans la forêt amazonienne peu de temps avant qu’elle ne soit martyrisée.

Martyre et prophétesse au Brésil

L’influence de sœur Dorothy survit au Brésil et au-delà! Les gens honorent, imitent et prient cette prophétesse et martyre lors du pèlerinage forestier chaque mois de juillet. Le 12 février 2020, 15e anniversaire de sa mort, elle est un témoin fort de la Mission de l’Évangile, de l’Eglise et de notre congrégation.

Prophetic Witness:Dorothy Stang, SNDdeN

French

Holding a hand-crafted cross, following a wooden cross in procession with Sisters Rosemary Donohue and Cornelia Curran, SNDdeN, Sr. Dorothy walks down the stairs of the parish Church of St. Eloi in Cuvilly in July 2004.

In 2004, Sr. Dorothy Stang, SNDdeN, celebrating the 200th Anniversary of the Congregation of the Sisters of Notre Dame de Namur, went on pilgrimage to the birthplace of St. Julie Billiart in Cuvilly, France. Before founding the Congregation in 1804, St. Julie had a vision in Compiègne; she saw many women dressed in simple garb, standing around a cross. She heard the words: “These are the daughters I will give you in an Institute marked by my cross.” Often, St. Julie told those who asked to become her Sisters that she saw them at Compiègne – a sign that these women would belong as SNDdeN in this Congregation, marked by the cross!

On February 12, 2005, only months after her pilgrimage to Julie country, powerful ranchers, coveting the land, hired assassins to murder Sr. Dorothy, while she walked along a dirt road in Anapu, Brazil. Having advocated for the rights of landless farmers for almost 40 years, Sr. Dorothy defended the rainforest also from devastation. In 2008, the United Nations recognized Sr. Dorothy’s outstanding contributions to protect human rights and fundamental freedoms, and honored her posthumously with the UN Prize for Human Rights. This year, we remember Sr. Dorothy on the 15th anniversary of her martyrdom!

The migrant communities respected Sr. Dorothy in her advice to them in protecting the land and the rainforest from the devastation
by rich cattle ranchers.

Way of the Cross in Rome

In October 2019, Pope Francis called the Bishops to Rome for a Synod on the Amazon. On one Saturday during the Synod, the prayer was a Way of the Cross, originating from the Castel Sant Angelo, down the Via della Conciliazione to St. Peter Square. The Bishops with members of indigenous communities from the Amazon reflected on suffering peoples who live in the rainforest and throughout the world. Reflections on different Stations of the Cross included some martyrs of the Amazon. The Eighth Station focused on the “clamor of women,” and the procession stopped there to pray to our SNDdeN martyr, Dorothy Stang. Sisters Sandra Araujo dos Santos and Rebeca Spires from the Brazil Province, in Rome for the Synod, participated in this moving prayer with members of our Congregational Leadership Team (CLT)! Later, they joined our Leadership Team with the Sisters of the Good Shepherd at the Generalate for a special liturgy honoring the martyrs of the Amazon.

Sr. Pat O’Brien joined the Way of the Cross with the poster of Sr. Dorothy on a map of Brazil.

Ohio Province Remembers


The entire Notre Dame de Namur World, Sisters, Associates, Co Workers, Students, Partners in Mission are remembering Sr. Dorothy in specific events. In early February, the Sisters in the Ohio Province welcomed to Mt. Notre Dame Convent three of Sr. Dorothy’s siblings, David, Tom and Barbara Stang Richardson, to a presentation and film of Samuel Clements: The Student, the Nun & the Amazon. Samuel described for his audience how his life transformed and his career changed radically after his encounter with Sr. Dorothy, in filming her in the Brazil rainforest. During his visit in Ohio, Samuel fascinated administrators, faculty and students of Mt. Notre Dame High School in Cincinnati and Chaminade Julienne High School in Dayton by his presence and film.

Anniversary Project


The SNDdeN Leadership in the United States has planned throughout this entire year a 15th Anniversary Project, a series of events, coordinated by Sr. Judith Clemens, who ministered with Sr. Dorothy for many years in Brazil. From February 12, 2020 through February 12, 2021, the project will aim at inviting and encouraging others to develop projects remembering Sr. Dorothy and to consider ways for continuing her legacy into the future. This project includes a brochure, entitled Her Legacy Endures in Us, easily accessed on the SNDdeN Website in the United States. www.snddenusa.org

Samuel Clements fascinates audiences with his film and descriptions of his journey with Sr. Dorothy in the Amazon forest shortly before she was martyred.

Martyr and Prophet in Brazil


Sr. Dorothy’s influence lives on in Brazil and beyond! People honor, imitate and pray to this prophet and martyr in the Forest Pilgrimage each July. On February 12, 2020, the 15th Anniversary of her death, she is a strong witness to the Mission of the Gospel, the Church and our SNDdeN Congregation.

“Second Founder” of Emmanuel College

French

Sr.-Janet-a
Sr. Janet Eisner, SNDdeN, welcomed Cardinal Seán P. O’Malley, OFM Cap., Archbishop of Boston, at her 40th Anniversary Gala in May. Since her inauguration as President in 1979, Sister Janet has kept the College’s mission thriving in an ever-changing world.

By Sam O’Neill, Special Assistant to the President of Emmanuel College

On May 30, 2019, over 400 people gathered for a historic gala honoring Sister Janet Eisner SNDdeN, on her 40th anniversary as President of Emmanuel College. Among them were graduates from across eight decades, along with Boston Cardinal Archbishop Seán P. O’Malley, OFM Cap., Boston Mayor Martin J. Walsh, and leaders in higher education, biomedicine, finance, the arts and a host of other fields. They came to pay tribute to a respected peer, collaborative partner and beloved friend—a woman religious who for 40 years has led Emmanuel with vitality, creativity and an unwavering dedication to the College’s Catholic educational mission.

As they walked toward a magnificent glass tent raised for the occasion on the College’s central quadrangle, guests could observe symbols of Sister Janet’s transformational presidency: a modern student center, a state-of-the-art science center, and a new 18-story apartment-style residence hall. The buildings told a broader story of institutional momentum, one highlighted by a threefold increase in enrollment, innovative academic and student life programs, grants from the National Science Foundation and other prestigious funders, and new endowed professorships and lecture series, including one named in honor of Catholic Worker Movement co-founder Dorothy Day.

Sr.-Janet-1-a
More than 800 graduates attended events throughout Centennial Alumni Weekend,

May 31 – June 2, 2019. A number of celebrations, including Sr. Janet’s 40th Anniversary Gala, were held under the lights in a glass house on Emmanuel’s Quad.

Advancing Mission in a Changing World

These and many other advances have taken place amid seismic changes in higher education, reflecting Sister Janet’s attentiveness to the “signs of the times” and her commitment to adapting to the evolving needs of each generation of students. As she told attendees at the Sisters of Notre Dame de Namur’s Networking for Mission III Conference, held at Emmanuel in 2018: “We constantly look to the future and ask: What brings us joy? What are we good at? And what does the world need us to be?”

The past four decades provide numerous examples of Sister Janet’s entrepreneurial spirit. In 2000, after a careful analysis of data and trends, the College made the decision to admit young men to its previously all-women’s four-year undergraduate program. That same year, the College entered into a 75-year ground-lease agreement with Merck & Co., enabling the company to begin construction of an 11-story, 300,000 square-foot research facility on a back parcel of the campus in exchange for a substantial one-time upfront payment.

Committed to the Vision of St. Julie Billiart

Amid changes, Sister Janet has remained steadfastly committed to the vision of St. Julie Billiart and to the values of the Sisters of Notre Dame who opened Emmanuel in 1919. In her messages to the College community, she has addressed topics including immigration,
the environment, gun violence, and racial and religious intolerance. In addition, she has delivered keynote lectures on Emmanuel’s history during the annual Founders’ Week, which celebrates the educational legacy of the Sisters of Notre Dame de Namur.

Under Sister Janet’s leadership, faculty continue to challenge students to engage in critical social analysis of the root causes of the problems of their times and to consider effective responses and actions. By reflecting on these discussions, students further develop a commitment to social justice, and often express it through volunteer service. In fact, each year Emmanuel students contribute more than 50,000 hours of service to people in need throughout Boston and beyond.

“A Source of Great Joy”

During the 40th anniversary gala, Sister Janet’s longtime colleague and friend, Emmanuel Vice President of Finance, Sister Anne Mary Donovan, SNDdeN, announced a recent decision by the Board of Trustees to name the College’s iconic Administration Building in Sister Janet’s honor. For a woman who had spent decades of her life living, teaching and serving as President within the walls of the Collegiate Gothic building, it was a profoundly moving moment.

Speaking to the guests that evening, Sister Janet reflected, “Our founders gave us the name Emmanuel, which means ‘God with us.’ And I believe that to the core of my being. It is very real to us as we experience God’s amazing action in our work, in our lives and in the journeys of our students and graduates. For me this is a source of great joy.”

Sr.-Janet-2-a
Sr. Janet greets alumni and friends during Emmanuel’s Alumni Weekend. Nearly 700 alumni gather for a special Liturgy on June 1st.

On the afternoon of June 1, 2019, during the Centennial Alumni Weekend, nearly seven hundred came together for a joyful Liturgy to honor Sister Janet on her 40th anniversary. Rev. J. Bryan Hehir celebrated the Liturgy, which featured a gathering hymn called “Ever-Beginning,” with lyrics written by Sister Evelyn Ronan, SNDdeN ’63, and a special original composition by Sister Janet’s nephew, Joseph Taff, with the title, most expressive for Emmanuel’s Mission: “Ah qu’il est bon!”

 

« DEUXIEME FONDATRICE » D’EMMANUEL COLLEGE

anglais

Sr.-Janet-a
Sr. Janet Eisner, SNDdeN, accueille le Cardinal Seán O’Malley, capucin, archevêque de Boston, à son gala du 40e anniversaire en mai. Depuis son installation comme présidente en 1979, Sister Janet a développé la mission du College dans un monde en perpétuel changement.

Par Sam O’Neill, assistant spécial de la présidente d’Emmanuel College

Le 30 mai 2019, plus de 400 personnes se sont rassemblées pour un gala historique en l’honneur de Sister Janet Eisner, SNDdeN, pour son 40e anniversaire comme présidente d’Emmanuel College. Parmi elles se trouvaient des diplômé.e.s de huit décennies, le Cardinal archevêque de Boston Seán O’Malley, capucin, le maire de Boston et des dirigeants de l’enseignement supérieur, de la biomédecine, des finances, des arts et d’autres domaines. Ils venaient rendre leur tribut à une compagne, collaboratrice et amie – une religieuse qui a mené Emmanuel pendant 40 ans avec vitalité, créativité et un dévouement sans faille à la mission éducative catholique du College.

En marchant vers une magnifique serre érigée pour l’occasion dans la cour centrale, les invités pouvaient observer des symboles de la présidence de Sister Janet : un centre moderne pour les étudiants, un centre de sciences et un nouveau bâtiment de 18 étages avec des appartements pour les internes. Ces bâtiments racontaient l’histoire d’une force institutionnelle, marquée par un triplement des inscriptions, des programmes innovants pour les études et pour la vie estudiantine, des subsides de la fondation nationale des sciences et d’autres fondations prestigieuses, de nouvelles chaires de professeurs et de nouvelles séries de conférences, y compris une en honneur de Dorothy Day, cofondatrice du mouvement des ouvriers catholiques.

Sr.-Janet-1-a
Plus de 800 diplômés ont assisté aux événements du week-end du centenaire, du 31 mai au 2 juin 2019. Nombre de célébrations, incluant le gala du 40e anniversaire de Sr. Janet, se sont tenues sous les lumières dans une serre dans la cour d’Emmanuel.

Avancement de la mission dans un monde changeant

Ces progrès et beaucoup d’autres ont eu lieu parmi des changements sismiques dans l’enseignement supérieur ; ils reflètent l’attention de Sister Janet aux « signes des temps » et son engagement à s’adapter aux besoins en évolution de chaque génération d’étudiants. Comme elle le disait aux participants à la troisième Conférence pour la mission des SND de N, tenue à Emmanuel en 2018, « Nous regardons constamment vers l’avenir et nous demandons : Qu’est-ce qui nous apporte de la joie ? En quoi sommes-nous bons ? Et qu’est-ce que le monde a besoin que nous soyons ? »

Les quatre dernières décennies offrent de nombreux exemples de l’esprit d’entreprise de Sister Janet. En 2000, après une analyse soigneuse des données et des tendances, le College a pris la décision d’admettre des jeunes gens à son programme de quatre ans, précédemment réservé aux femmes. Cette même année, le College a conclu un bail emphytéotique de 75 ans avec Merck et Co., en permettant à la société de construire un centre de recherche de 11 étages à l’arrière du campus, en échange d’un paiement initial unique substantiel.

Engagée envers la vision de Ste Julie Billiart

Parmi les changements, Sister Janet est restée constamment engagée envers la vision de Ste Julie Billiart et envers les valeurs des Sœurs de Notre-Dame qui ont ouvert Emmanuel en 1919. Dans ses messages à la communauté du College, elle a traité des sujets qui incluent l’immigration, l’environnement, la violence des fusils, et l’intolérance raciale et religieuse. De plus, elle a donné des conférences fondamentales sur l’histoire d’Emmanuel pendant la semaine annuelle des fondatrices, qui célèbre l’héritage éducationnel des Sœurs de Notre-Dame de Namur. Sous son leadership, les professeurs continuent à interpeller les étudiants pour qu’ils s’engagent dans l’analyse sociale critique des causes à la racine des problèmes de leur temps et qu’ils envisagent des réponses et des actions efficaces. En réfléchissant à ces discussions, les étudiants développent un engagement à la justice sociale et ils l’expriment souvent par un service bénévole. En fait, chaque année les étudiants d’Emmanuel offrent plus de 50.000 heures de service aux personnes nécessiteuses à Boston et au-delà.

« Une source de grande joie »

Au cours du gala du 40ème anniversaire, Sister Anne Mary Donovan, collègue et amie de longue date de Sister Janet et vice-présidente des finances d’Emmanuel, a annoncé une décision récente du conseil d’administration : nommer le bâtiment administratif du College au nom de Sr Janet. Pour une femme qui a passé des décennies de sa vie à vivre, enseigner et servir comme présidente dans les murs du bâtiment gothique du College, c’était un moment profondément émouvant. En parlant aux invités ce soir-là, Sister Janet réfléchissait :

« Nos fondatrices nous ont donné le nom d’Emmanuel, qui signifie ‘Dieu avec nous’. Et je le crois du plus profond de mon être. C’est vraiment réel pour nous comme nous expérimentons l’action stupéfiante de Dieu dans notre travail, dans nos vies et dans le cheminement de nos étudiants et de nos diplômés. Pour moi c’est une source de grande joie. »

Sr.-Janet-2-a
Sr. Janet salue les anciens élèves et amis pendant le weekend des anciens d’Emmanuel. Près de 700 anciens se sont réunis pour une messe spéciale le 1er juin.

L’après-midi du 1er juin 2019, au cours du week-end des anciens, près de 700 anciens se sont rassemblés pour une joyeuse Eucharistie pour honorer Sister Janet en son 40e anniversaire. Le révérend J. Bryaan Hehir a célébré la messe, au cours de laquelle on a chanté une hymne « Toujours en commencement », dont les paroles ont été composées par Sister Evelyn Ronan, SNDdeN diplômée en 1963, et une composition originale par Joseph Taff, neveu de Sr Janet, avec le titre très expressif pour la mission d’Emmanuel : « Ah ! qu’il est bon ! »

%d bloggers like this: