Des sœurs aident le peuple nicaraguayen après les ouragans

anglais

Soeurs Rebecca Trujillo et Sandy Price, SNDdeN

Par Soeur Sandra Price, SNDdeN

Nous, Sœurs de Notre-Dame de Namur (SNDdeN) au Nicaragua, travaillons pour aider à répondre à certains des besoins les plus critiques, à tout moment et dans de nombreuses situations dangereuses. Il y a maintenant quatre mois depuis que deux puissants ouragans ont dévasté les territoires du nord-est et de l’ouest du Nicaragua. De nombreuses personnes sont incapables de reconstruire leurs maisons emportées par les ouragans. Le gouvernement et de nombreux groupes et familles, paroisses et groupes d’aide internationaux ont été rapides à secourir les milliers de familles déplacées. Mais comme dans toute catastrophe, l’assistance n’est jamais suffisante. Les familles les plus éloignées et les plus isolées  attendent toujours de l’aide . La pluie a continué à tomber pendant des jours après le deuxième et le plus dommageable ouragan, pas de fortes pluies, mais une pluie très humide. Avec les toits arrachés et les toitures en zinc enroulées par le vent comme des cigares géants, tout ce qui se trouvait à l’intérieur des maisons mal construites était trempé. Les écoles ont perdu tous leurs livres et matériels. Les vêtements trempés dans l’eau et la boue n’ont pas séché pendant des semaines.


Des familles aident à charger, transporter et distribuer aux personnes nécessiteuses les semences de haricots sur des ânes ou dans des camions.

La faim suit la dévastation des cultures

Et puis il y eut le pire …la faim. Les récoltes et les semences stockées pour la replantation étaient ruinées. Les fournitures des dernières récoltes étaient détruites. Dans les semaines qui ont suivi, même les animaux sauvages ont oublié leur peur des gens et sont venus désespérément chercher de la nourriture. Même les oiseaux ne pouvaient pas trouver de la nourriture. Nous ne saurons jamais combien d’animaux sont morts dans ce qui était autrefois de belles forêts. Un campesino a raconté être tombé sur un singe dont la main était pressée par un arbre énorme qui lui tombait dessus. L’homme était incapable de déplacer le tronc géant et il n’y avait que deux options, laisser le singe mourir de faim ou lui couper la main. Il a décidé que le choix le plus humain était de libérer le singe en lui coupant la main. Quand le singe fut libre, il s’est enfui dans un champ ouvert qui avait été autrefois sa maison forestière.


Certaines familles vivent encore dans des huttes de feuilles semblables à des igloos.

Nous, Sœurs de Notre-Dame de Namur au Nicaragua, travaillons pour aider à soulager certains des besoins les plus critiques, avec des fonds très généreux envoyés à la congrégation par nos donateurs. Nous avons pu fournir à quelque 80 familles 100 livres de graines de haricots, la principale composante du régime alimentaire nicaraguayen, pendant les mois de plantation de haricots en décembre 2019 et janvier 2020. Nous avons acheté une tronçonneuse pour que les familles puissent couper des arbres pour le bois de construction afin de reconstruire leurs maisons. Nous essayons maintenant de localiser les familles et les communautés hors de portée et les familles incapables de recevoir de l’aide et sans nourriture.

Des dons généreux apportent un soulagement

De nombreuses personnes et groupes généreux au Nicaragua ont contribué selon leurs possibilités. Les premiers approvisionnements d’urgence qui sont arrivés dans la semaine qui a suivi le deuxième ouragan sont maintenant épuisés. De Matagalpa, Sr. Rebecca Trujillo, SNDdeN, a envoyé des fonds reçus de certains donateurs. Le Bureau d’appui à la mission de la Congrégation des SNDdeN a fourni plus de financement pour aider notre peuple dans cette grave crise. Récemment, nous avons passé du temps à identifier les familles sans nourriture, établir un budget, diviser et compter des portions de haricots, riz, huile de maïs, sucre ainsi que du savon pour la lessive.. Tout le monde a également besoin de produits de lavage, en particulier pour les enfants. Nous avons identifié 32 familles que nous pourrons aider; nous achetons 1225 kg de chacun: haricots, riz et maïs, 680 kg de sucre, 102 l. d’huile de cuisson et 324 savons. Nous nous rendons compte que ce n’est que peu de chose que nous pouvons apporter à notre peuple.


Sister Sandra aide un bénévole à mesurer des portions de haricots pour la distribution à des familles affamées.

Le côté positif de cette période : notre peuple célèbre la vie! Aucune vie n’a été perdue et les voisins s’entraident à restaurer les maisons qui ont été moins endommagées. Le gouvernement a fourni des toitures en zinc à de nombreuses familles; le soleil sort plus souvent et les vêtements sèchent. La générosité de tant de personnes nous donne de l’espoir. En tant que SNDdeN, nous sommes reconnaissantes pour le soutien des donateurs envoyés par notre congrégation. Nous rendons grâce à notre Dieu qui est si bon.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s