Les SNDdeN fournissent des soins de santé: Tambogrande, Pérou

anglais

PRENDRE SOIN DE NOTRE MAISON COMMUNE: un programme de formation pour les catéchistes ruraux de Tambogrande pour la protection de l’environnement. Un groupe de catéchistes réduit l’utilisation des plastiques en buvant l’eau dans des verres réutilisables. Sr Juana (centre) rêve d’impliquer plus de villages.

Par Sœurs Juana Rivera Jara, Consuelo Zapata et Miriam Montero Bereche, SNDdeN

Deux communautés de Sœurs de Notre Dame de Namur (SNDdeN) vivent et servent dans la région de Tambogrande, au Pérou. Quand les pluies de l’El Niño ont frappé la côte Pacifique du Pérou en 2017, les inondations et les dégâts étaient importants. Les pluies ont dévasté des villages entiers de maisons, écoles et centres de santé; détruit des routes, des ponts et de vastes zones de cultures. Pendant les fortes inondations, les sœurs se sont mobilisées pour aider les personnes qui souffraient à cause des désastres causés à leurs maisons et leurs biens. Partout, destruction et maladie ont envahi une zone où de nombreuses personnes étaient déjà vulnérables! Trois sœurs vivant à Tambogrande sont toutes impliquées d’une certaine façon dans les soins de santé : deux infirmières, Sœurs Juana Rivera et Consuelo Zapata, et une psychologue / thérapeute, Sr. Miriam Montero Bereche. Elles touchent aussi la paroisse par l’enseignement de la catéchèse.

Sœur Juana est quotidiennement témoin de la douleur de ceux qui sont malades.

Sr Juana travaille dans le centre de santé de la ville depuis près de 20 ans. Vivant dans la pauvreté et à de grandes distances des centres médicaux, les gens font face à des maladies et des blessures, et souvent ils n’ont pas les ressources dont ils ont besoin. Pendant les pluies annuelles, des maladies mortelles pénètrent la région, en particulier la dengue, la fièvre hémorragique, des maladies virales dues aux moustiques et la menace du choléra. “Chaque année, il y a beaucoup de décès”, dit tristement Sr Juana. “Je prends soin des personnes atteintes de ces maladies, qui sont surtout celles qui vivent dans la pauvreté

Sr Juana vient du village de Miraflores, haut dans les collines bordant la ville de Tambogrande. «Je suis née en milieu rural, j’ai grandi dans le campo », nous dit-elle. ”J’apprécie la campagne et la nature et toute sa beauté et j’en jouis.” Certains moments l’affligent: les personnes qui souffrent d’inondations rurales, rivières et ruisseaux gonflés, villages coupés par des destructions de routes et de ponts, glissements de terrain; des cultures sont complètement perdues et des animaux domestiques sont emportés dans les rivières. Sr Juana comprend les défis. Les personnes qui viennent au centre de santé de Tambogrande vivent dans la pauvreté. Elles viennent des communautés rurales et parcourent de grandes distances. Pour atteindre le centre de santé, elles sont confrontées à des obstacles majeurs pour le voyage. De petites cliniques de santé dans les communautés rurales sont complètement emportées et obligent les gens à faire le long périple vers Tambogrande. Sr Juana comprend les obstacles et les frustrations vécues par les gens qui voyagent à travers eaux déchaînées et boue épaisse.

Srs. Juana et Consuelo enseignent les sacrements dans la paroisse!

Défis pour les soins

Une fois arrivés, les gens doivent payer pour les fournitures de base, telles que les aiguilles, le matériel pour les injections intraveineuses, les bandages et médicaments. Beaucoup n’ont ni assurance maladie ni argent. Avec les champs de haricots emportés par les inondations, le bétail noyé, ces personnes désespérées recherchent une aide médicale pour les proches qu’elles aiment. Notre centre de santé, toujours debout, est désespérément sous-équipé et à court de personnel. Nous n’avons pas assez de lits, de moustiquaires ou d’autre équipement essentiel. Lorsque la salle d’urgence déborde de patients, le personnel médical s’occupe d’eux sur des brancards et des bancs dans les couloirs. Pour les médecins et les infirmières, la situation peut être extrêmement difficile, avec de longues heures et une pénurie de personnel. Les conditions ne sont pas sûres non plus pour les travailleurs de la santé, qui ont souvent peur de contracter ces mêmes maladies.

Sr Juana est également responsable des programmes de catéchèse rurale de la paroisse St. Andrew, qui dispense des cours pour les baptêmes, premières communions et mariage. Sr Juana saisit chaque opportunité pour éduquer sur le respect de l’environnement. Récemment, son groupe de catéchistes de 80 villages s’est engagé à réduire l’utilisation des plastiques, en utilisant des verres réutilisables pour les boissons.

Sr. Evelyn visite une voisine âgée aveugle, qui prend soin de ses 10 petits-enfants pendant que leur maman vend des bananes au marché local. Sr. Evelyn donne des articles d’épicerie et des médicaments bien nécessaires.

La communauté des sœurs aide: Cinquante ans au Pérou

Sr. Consuelo Zapata est une infirmière qui a terminé sa formation récemment. Comme tous les professionnels de santé au Pérou, Sr. Consuelo doit offrir une année de services professionnels dans une zone médicalement mal desservie, comme dans les montagnes, ou dans les jungles de l’autre côté des montagnes. Pendant qu’elle attend le début de son année de service, Sr. Consuelo aide dans le centre de santé où Sr Juana travaille. Le personnel et les patients apprécient grandement la présence et la compétence professionnelle de Sr. Consuelo. Elle est également coordinatrice du programme de confirmation de la ville. L’année dernière, près de 500 adolescents ont été confirmés!

Une autre sœur dans la communauté de Tambogrande est Sr. Miriam Montero Bereche, psychologue et thérapeute. Outre les prestations individuelles et la thérapie familiale, Sr. Miriam offre des consultations sur le stress post-traumatique, des ateliers dans les écoles, pour des groupes paroissiaux, et pour les parents d’enfants aux besoins spéciaux. Elle a un programme dans les zones rurales; elle accompagne les familles de malades mentaux, les aidant à obtenir une aide professionnelle et les médicaments nécessaires. Avec Sr. Evelyn Fitzke (qui partage son temps entre Tambogrande et Lima), par le biais du Programme Ste Julie pour les aînés et du Programme Notre-Dame de santé mentale, Sr. Miriam est en mesure de fournir des médicaments et produits d’épicerie bien nécessaires aux personnes âgées et aux malades mentaux.

Sr. Miriam visite les personnes âgées dans leurs maisons dans les villages autour de Tambogrande pour offrir ses talents de psychologue. Son attitude d’écoute compatissante est fortement appréciée !

Cinquantième anniversaire au Pérou

En 2020, les Sœurs de Notre Dame de Namur fêteront cinquante années de présence au Pérou (1970-2020). Grâce à leur implication dans la paroisse locale, l’éducation formelle comme les écoles Fe y Alegría, et les soins de santé, et avec la générosité de tant de donateurs, les Sœurs se sentent bénies d’avoir pu répondre aux besoins du peuple péruvien au cours de ces nombreuses années. Dieu est vraiment très bon!

One thought on “Les SNDdeN fournissent des soins de santé: Tambogrande, Pérou”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s